Présidentielle en Tunisie : les islamistes d'Ennahda ne soutiennent aucun candidat

le
0
Présidentielle en Tunisie : les islamistes d'Ennahda ne soutiennent aucun candidat
Présidentielle en Tunisie : les islamistes d'Ennahda ne soutiennent aucun candidat

Le mouvement islamiste tunisien Ennahda, qui ne présente pas de candidat à la présidentielle du 23 novembre, ne soutient aucun des candidats en lice. Distancé aux législatives par Nidaa Tunes (Appel de la Tunisie) de Béji Caïd Essebsi, qui devient deux après sa création le premier parti devant  Ennahda, digère sa défaite et peaufine une nouvelle stratégie.

La décision du Conseil de la Choura, l'autorité suprême du mouvement, était très attendue car Ennahda reste la deuxième force politique du pays après avoir remporté 69 des 217 sièges aux législatives du 26 octobre dernier. Nidaa Tunes lui ayant raflé la première position avec 86 sièges, mais sans obtenir de majorité absolue.

La direction d'Ennahda a donc décidé de «laisser le choix à ses membres pour élire un président qui garantisse la démocratie». Fethi Ayadi, le président du Conseil de la Choura, a précisé dans la nuit à l'issue de la réunion du conseil que son parti appelle ses militants à «choisir la personnalité appropriée qui conduira ce processus démocratique et cette expérience vers la réalisation des objectifs de la révolution».

Le parti qui s'était dit «disposé» à un gouvernement d'union nationale avait dans un premier temps appelé la classe politique à s'entendre sur un candidat «consensuel capable de réunir tous les partis et préserver le processus démocratique» pour éviter davantage de «tiraillements». Et Ennahda soulignant la «fragilité du pays» près de quatre ans après sa révolution, avait affirmé qu'il soutiendrait cette personnalité.

Béji Caïd Essebsi, 87 ans, vainqueur des législatives, part favori

Cette initiative avait été fraîchement accueillie. De son côté, le président de l'Assemblée Constituante, le socialiste Mustapha Ben Jaafar, candidat à la présidentielle, a récemment lancé un appel aux partis «socio-démocrates» pour qu'ils se mettent d'accord sur un candidat unique au premier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant