Présidentielle en Pologne : le conservateur d'opposition en tête au 1er tour

le
0
Présidentielle en Pologne : le conservateur d'opposition en tête au 1er tour
Présidentielle en Pologne : le conservateur d'opposition en tête au 1er tour

Le candidat conservateur d'opposition, Andrzej Duda, a créé la surprise en arrivant en tête au premier tour de la présidentielle dimanche en Pologne, selon un sondage sortie des urnes publié après la fermeture des bureaux de vote.

Andrzej Duda, un juriste de 42 ans, est un ancien collaborateur de l'ancien président Lech Kaczynski, mort dans la catastrophe aérienne de Smolensk en Russie, en avril 2010. Il a été propulsé sur le devant de la scène par le frère jumeau de ce dernier Jaroslaw Kaczynski.

M. Duda obtient 34,8% des voix et affrontera au deuxième tour, le 24 mai, le président sortant Bronislaw Komorowski (centre droit), que ce résultat relègue à la deuxième place avec 32,2% des voix.

Le candidat contestataire, le rockeur Pawel Kukiz, arrive troisième avec 20,3%, un résultat au delà de toute espérance, selon ce sondage réalisé pour la télévision publique polonaise.

Le président sortant a immédiatement qualifié son score de «sérieux avertissement» adressé au «camp du pouvoir» et annoncé qu'il présenterait dès lundi des propositions pour «les déçus qui attendent des changements plus rapides, une modernisation plus rapide du pays».

M. Duda, candidat du parti Droit et Justice (PiS) dirigé par Jaroslaw Kaczynski, a été accueilli au cri de «Nous gagnerons» par les militants rassemblés à son quartier général, qui ont aussi scandé son nom.

Il a affirmé qu'il se donnait pour objectif la «rénovation» de la Pologne dans de nombreux domaines, dont la santé, l'économie et l'éducation. Pour y parvenir, «il faut tout d'abord un changement à la présidence», a-t-il ajouté, appelant à l'unité nationale en faveur de sa candidature.

L'avance, dont le président Komorowski bénéficiait à l'ouverture de la campagne électorale, lui avait fait espérer une victoire au premier tour. Mais elle n'a cessé de fondre au fil d'une campagne très terne, au cours de laquelle il a refusé un débat ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant