Présidentielle en Egypte : le maréchal al-Sissi élu avec 96% faute d'opposition

le
0
Présidentielle en Egypte : le maréchal al-Sissi élu avec 96% faute d'opposition
Présidentielle en Egypte : le maréchal al-Sissi élu avec 96% faute d'opposition

Abdel Fattah al-Sissi a remporté comme prévu une victoire écrasante à la présidentielle en Egypte. L'ex-chef de l'armée et homme fort de l'Egypte a obtenu, officiellement, 96% des voix. Un plébiscite sans surprise puisqu'il avait éliminé toute opposition religieuse ou laïque, onze mois après avoir destitué et emprisonné l'islamiste Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement dans le plus peuplé des pays arabes. Al-Sissi  jouit, notamment au Caire, d'un véritable culte de la personnalité depuis que ce gouvernement réprime dans le sang chaque manifestation des partisans de Morsi.

Son unique adversaire, Hamdeen Sabbahi, une vieille figure de la gauche, considéré souvent comme un simple faire-valoir, n'a recueilli que 3,8% des suffrages. Ce dernier a reconnu sa défaite. Pour de nombreux militants des droits de l'Homme et politologues, cette élection est «cosmétique» et vise à entériner le pouvoir exercé de facto depuis 11 mois par l'armée sous l'autorité de Sissi.

Dépouillement dans un bureau de vote d'Alexandrie. (AFP)

Dans la nuit de mercredi à jeudi déjà, des milliers de supporteurs déchaînés de Sissi dansaient et chantaient dans la capitale, surtout sur la place Tahrir, épicentre de la révolte populaire qui chassa du pouvoir Hosni Moubarak début 2011 après 30 années de règne absolu de cet ex-général. Des feux d'artifice illuminaient le ciel au milieu de posters géants de Sissi, comme en sont couverts par millions les murs du pays depuis qu'il a destitué Morsi le 3 juillet 2013.

Des partisans de Sissi fêtent la victoire annoncée de l'ex-chef de l'armée. (AFP)

«Peu de gens auraient imaginé, à la chute de Moubarak, que trois ans plus tard, un maréchal en lunettes de soleil, nouveau pharaon, se ferait élire à 96%, sans même avoir présenté un programme ou fait campagne», note un spécialiste du Moyen-Orient. Mais ce score à la soviétique reste suspendu au taux de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant