Présidentielle en Algérie : violences anti-Bouteflika en Kabylie, un meeting annulé

le
0
Présidentielle en Algérie : violences anti-Bouteflika en Kabylie, un meeting annulé
Présidentielle en Algérie : violences anti-Bouteflika en Kabylie, un meeting annulé

Alors que la campagne électorale du président Bouteflika se déroule sans incidents particuliers depuis son lancement, ce samedi a été plus violent à l'encontre de son lieutenant, l'ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Ce dernier mène, comme d'autres leaders du pouvoir, la campagne par «procuration» du président candidat, agé de 77 ans et absent du terrain en raison de sa maladie.

A Bejaîa, en Kabylie à l'est du pays, Sellal qui porte la casquette de directeur de campagne, a été empêché de tenir meeting. Selon la presse locale, des centaines de manifestants hostiles à un quatrième mandat de Bouteflika ont cerné la salle où devait se tenir cette réunion et empêché l'équipe de campagne d'y accéder, malgré l'intervention des forces de l'ordre utilisant du gaz lacrymogène. Les manifestants ont scandé «Boutef dégage» et rappelé que Bejaïa est «une terre de toutes les luttes». 

Selon le journal francophone El-Watan, il y aurait plusieurs blessés dans ces affrontements. L'agence officielle de presse algérienne APS ne fait état d'aucune violence particulière samedi après-midi. Plus tard, elle indique que des unités anti-émeutes de la Sûreté nationale «ont été déployées pour disperser les manifestants et rétablir l'ordre» et que «les journalistes et leurs équipes techniques ont été évacués vers l'aéroport, à bord de véhicules de la sûreté nationale».

 Le journal rapporte également qu'un journaliste de la chaîne privée arabophone Ennahar, qui soutient Bouteflika, aurait été «lynché» sans donner d'indications sur les auteurs de cette agression. «Une équipe de cinq personnes a été agressée et quatre de ses journalistes ont été blessés, dont un grièvement», a déclaré à l'AFP son directeur, Anis Rahmani

Bouteflika n'a jamais eu la cote en Kabylie

«Nous avons mené une campagne contre la violence et l'extrêmisme. J'ai annulé le meeting mais je remercie les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant