Présidentielle en Algérie : la campagne s'achève dans un climat tendu

le
0
Présidentielle en Algérie : la campagne s'achève dans un climat tendu
Présidentielle en Algérie : la campagne s'achève dans un climat tendu

La campagne pour l'élection présidentielle en Algérie, s'achève ce dimanche, à quatre jours du scrutin, après des échanges d'une rare violence. Le président sortant Abdelaziz Bouteflika a accusé de «terrorisme» son principal rival Ali Benflis, qui n'a cessé de dénoncer de son côté les risques de fraude.

Les Algériens sont appelés aux urnes jeudi 17 avril pour élire leur président au cours d'un scrutin a priori sans surprise, M. Bouteflika apparaissant comme le grand favori malgré ses ennuis de santé qui l'ont empêché de mener lui-même campagne. Les émissaires du président ont clôturé dimanche la campagne dans une salle parée de vert et de rouge au sein du complexe olympique de Chéraga, à l'ouest d'Alger. Ils ont vanté le «miracle» de leur champion qui «a sorti l'Algérie des ténèbres vers la lumière». M. Benflis a quant à lui réuni ses partisans en milieu d'après-midi au stade municipal de Rouiba (est).

VIDEO. Algérie : fin de campagne présidentielle sur fond d'échanges violents

Absent de la campagne entamée le 23 mars, M. Bouteflika y a apporté samedi soir un ton tout à fait inattendu lors d'une audience accordée au chef de diplomatie espagnole, José Manuel Garcia-Margallo. D'une voix faiblement articulée, selon les images diffusées par la télévision, il a accusé M. Benflis d'avoir appelé à la violence, osant même le terme de «terrorisme».

VIDEO. Bouteflika prend la parole au JT

«Qu'un candidat vienne menacer les walis (préfets) et les autorités, disant de faire attention à leurs familles et à leurs enfants en cas de fraude, cela veut dire quoi», a déclaré M. Bouteflika devant son hôte. C'est «du terrorisme à travers la télévision», a souligné M. Bouteflika, observant en français que la campagne avait parfois «manqué d'élégance».

La fraude, une «vieille habitude»

Le président faisait allusion à des propos de M. Benflis mercredi sur les risques de fraude ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant