Présidentielle au Mali : Cissé reconnaît la victoire de Ibrahim B. Keïta

le
0
Présidentielle au Mali : Cissé reconnaît la victoire de Ibrahim B. Keïta
Présidentielle au Mali : Cissé reconnaît la victoire de Ibrahim B. Keïta

La victoire ne semble plus pouvoir lui échapper. L'ancien Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta dit IBK s'acheminait lundi vers une large victoire au second tour de la présidentielle de dimanche au Mali et devra s'atteler à sortir son pays de 18 mois de chaos.

«Après près des deux tiers des bulletins dépouillés, IBK arrive très largement en tête», a affirmé une source proche de la Commission nationale de dépouillement, qui centralise les votes de l'ensemble du territoire malien au ministère de l'Administration territoriale (Intérieur) à Bamako. Des estimations non officielles, établies de sources sécuritaires maliennes, avaient donné auparavant Ibrahim Boubacar Keïta largement en tête face à son rival du second tour, l'ex-ministre des Finances Soumaïla Cissé.

Vers 23h30 lundi, ce dernier a d'ailleurs reconnu sa défaite devant IBK. «Je suis allé le voir pour le féliciter et lui souhaiter bonne chance pour le Mali, a déclaré M. Cissé.

A l'issue du premier tour, Ibrahim Boubacar Keïta avait obtenu 39,79% des voix, contre 19,70% à son adversaire et partait largement favori au second tour. Il avait obtenu le ralliement de 22 des 25 candidats éliminés, dont la majorité avait obtenu moins de 1% des suffrages.

«Pas d'incident majeur» selon la mission d'observation de l'UE

En dépit de la menace d'attentats de groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda, qui avaient occupé le nord du Mali pendant neuf mois en 2012, le vote s'est déroulé sans incidents majeurs. Selon Louis Michel, chef de la mission d'observation de l'Union européenne qui a lui-même surveillé le scrutin dans plusieurs bureaux de vote de Bamako, «il n'y a absolument rien de douteux ou de suspect à signaler, ça s'est déroulé dans de bonnes conditions, dans un climat serein, calme».

Le vainqueur aura la très lourde tâche de redresser et de réconcilier un pays traumatisé et affaibli par dix-huit mois d'une profonde crise politique et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant