Présidentielle au Chili : drôle de duel de dames

le
0
Présidentielle au Chili : drôle de duel de dames
Présidentielle au Chili : drôle de duel de dames

Un match inédit se noue au Chili. Aujourd'hui, alors que se tient l'élection présidentielle, Michelle Bachelet, l'ex-présidente socialiste, est en tête dans les sondages. Selon certaines enquêtes d'opinions, elle pourrait même l'emporter dès le premier tour. Dans cette campagne, c'est surtout l'histoire particulière qui la lie à la candidate de droite Evelyn Matthei qui passionne les Chiliens. Car les destins de ces deux femmes se croisent étrangement. Et ce, depuis l'enfance. Vous avez dit? inamicalement vôtre ?

Leurs familles étaient voisines

Lorsque Michelle avait 6 ans et Evelyn 4, elles faisaient parfois de la bicyclette ensemble sur la base aérienne militaire de Cerro Moreno, à Antofagasta dans le nord du Chili. Leurs familles étaient voisines. Quant à leurs pères, deux généraux de l'armée de l'air, ils étaient très liés et partageaient le même goût pour la musique et les livres. Mais le coup d'Etat d'Augusto Pinochet contre le président socialiste Salvador Allende, le 11 septembre 1973, a bouleversé leur vie.

Alberto, le père de Michelle Bachelet, a été arrêté le jour même, avant d'être torturé à mort six mois plus tard pour sa fidélité au président déchu. Fernando Matthei, le père d'Evelyn, a, de son côté, rejoint la junte militaire jusqu'à devenir responsable hiérarchique du lieu de détention? de son ami. Michelle et Evelyn n'étaient pas très proches et se côtoyaient peu du fait de leurs deux ans d'écart. Mais la vie sur une base militaire a mené les deux femmes à partager des caractéristiques communes, comme le sens de l'ordre, du devoir et l'amour des études, de médecine pour Michelle Bachelet, d'économie pour sa rivale.

Pendant la campagne électorale, les deux candidates ont préféré garder le silence sur la période douloureuse de la dictature. Aucun esprit de revanche ne semble aujourd'hui animer Michelle Bachelet. Mais la charge ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant