Présidentielle au Brésil : réélue, Dilma Rousseff appelle au dialogue

le
0
Présidentielle au Brésil : réélue, Dilma Rousseff appelle au dialogue
Présidentielle au Brésil : réélue, Dilma Rousseff appelle au dialogue

Dilma Rousseff, réélue dimanche à la présidence du Brésil avec un score étriqué, va devoir s'atteler dès ce lundi à réconcilier un pays divisé, à donner des gages sur l'économie et la corruption.

Malgré tout fidèles à 12 ans de conquêtes sociales historiques de la gauche, les Brésiliens ont réélu la candidate du Parti des travailleurs (PT) avec 51,64 % des voix contre 48,36 % pour son adversaire de centre-droit Aecio Neves, du Parti social-démocrate brésilien (PSDB).

Un mécontentement grandissant

Il s'agit de la victoire la plus étriquée depuis la première élection présidentielle au suffrage direct organisée en 1989 après la dictature militaire (1969-85), remportée par Fernado Collor sur Luiz Inacio Lula da Silva.

Dilma Rousseff, 66 ans, a perdu beaucoup de terrain par rapport à sa première élection en 2010, dans l'euphorie finissante du miracle socio-économique de la présidence de son mentor Lula (2002-2013). Le PT, au pouvoir depuis 12 ans, avait lui-même perdu 18 sièges le 5 octobre lors des législatives.

Autant de signes d'un mécontentement grandissant liés au ralentissement économique et aux scandales de corruption impliquant le parti présidentiel qui ulcèrent de plus en plus la population du géant émergent d'Amérique latine.

VIDEO. Dilma Rousseff acclamée par ses militants

Être une «bien meilleure présidente»

L'ex-guerillera en a immédiatement tiré les leçons, promettant humblement d'être «une bien meilleure présidente que jusqu'à présent». Devant la foule en liesse de ses militants à Brasilia, elle a célébré sans emphase la victoire en s'engageant à placer son second mandat sous le signe du «dialogue».

Dilma Rousseff, qui prêtera serment le 1er janvier prochain, a donné de nombreux gages aux mécontents. Elle a promis de sévir durement contre la corruption et de promouvoir une réforme d'un système politique de compromissions décrié et à bout de souffle, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant