Présidentielle au Bénin : l'homme d'affaires Patrice Talon large vainqueur

le
0
Présidentielle au Bénin : l'homme d'affaires Patrice Talon large vainqueur
Présidentielle au Bénin : l'homme d'affaires Patrice Talon large vainqueur

L'homme d'affaires Patrice Talon est sorti lundi largement vainqueur du second tour de l'élection présidentielle au Bénin, selon les résultats de la Commission électorale, au terme d'un scrutin sans incidents majeurs dans ce rare bastion de la démocratie électorale en Afrique. Quelque 4,7 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes dimanche pour élire le successeur de Thomas Boni Yayi. Celui-ci, au pouvoir depuis 2006, se retire au terme de deux mandats, conformément à la Constitution de ce petit pays ouest-africain, premier État d'Afrique francophone à avoir entamé une transition démocratique au début des années 1990.

Patrice Talon, baptisé le «roi du coton» et âgé de 57 ans, a obtenu 65,39% des voix contre 34,61% pour son adversaire Lionel Zinsou, le Premier ministre sortant, 61 ans, selon le président de la Commission électorale Emmanuel Tiando. M. Talon, acteur incontournable du monde des affaires au Bénin, était soutenu par 24 candidats du premier tour réunis au sein de la "coalition de la rupture". Dans un message publié sur son compte Facebook, il s'est dit lundi «fier» pour le Bénin qui a «montré son attachement à sa démocratie», félicitant son adversaire «pour sa performance dans cette compétition et pour son fairplay».

M. Zinsou, ex-banquier d'affaires franco-béninois et candidat des Forces Cauri pour un Bénin émergent (FCBE) de M. Boni Yayi, avait appelé son adversaire dès dimanche soir pour reconnaître sa défaite et le féliciter au cours d'une «conversation cordiale», a-t-il déclaré. M. Zinsou, plume du Premier ministre français Laurent Fabius dans les années 80, avait quitté son poste à la tête de PAI Partners, un des plus gros fonds d'investissement européens, pour devenir Premier ministre du Bénin en juin 2015.

Tout au long de la campagne, il a été traité de «yovo» (blanc) par ses détracteurs, qui lui ont reproché d'être «parachuté» par la France, l'ancienne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant