Présidentielle américaine : qui sera le colisitier de Trump ?

le
0
Sur un site de partisans chinois à Donal Trump, en mais 2016.
Sur un site de partisans chinois à Donal Trump, en mais 2016.

Les pronostics du « Washington Post », des attaques contre un juge, Ben Carson et les chutes du Niagara : la présidentielle américaine en un coup d’œil.

Le fait du jour Qui sera le candidat à la vice-présidence aux côtés de Donald Trump ? Les spéculations ont été relancées, jeudi 26 mai, lorsque le futur candidat républicain à la présidentielle du 8 novembre a officiellement obtenu le nombre de délégués requis pour obtenir l’investiture de son parti. Cette décision, qui est l’apanage du candidat, est généralement dévoilée avant le début de la convention d’intronisation, prévue cette année à partir du 19 juillet à Cleveland (Ohio).

Dans le Washington Post du 30 mai, jour férié consacré à la mémoire des soldats américains, le journaliste politique Chris Cillizza dresse une short-list de cinq noms : Newt Gingrich, ancien « speaker » (président) de la Chambre des représentants, Mary Fallin, gouverneure de l’Oklahoma, Chris Christie, gouverneur du New Jersey, Bob Corker, président de la commission des affaires étrangères du Sénat et Joni Ernst, sénatrice de l’Iowa.

L’un des bras droit du milliardaire, Paul Manafort, a exclu un choix qui viserait à le rapprocher des corps électoraux au sein desquels il est en difficulté, comme les femmes et les latinos. Le directeur de campagne de M. Trump, Corey Lewandowski, a assuré que la liste en question était « très courte ».

La phrase du jour « L’Amérique est un navire qui s’approche des chutes du Niagara. » L’ancien candidat à l’investiture républicaine Ben Carson s’est montré alarmiste lundi 30 mai. L’ex-neurochirurgien, qui s’est rallié à Donald Trump, veut éviter une candidature a...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant