Présidentielle américaine : la candidate écolo menacée de poursuites pour vandalisme

le
0
La candidate du Parti vert à l'élection présidentielle américaine, Jill Stein, inscrit à la bombe de peinture « J'approuve ce message » sur un engin de chantier, mardi 6 septembre, à Morton, Dakota du Nord.
La candidate du Parti vert à l'élection présidentielle américaine, Jill Stein, inscrit à la bombe de peinture « J'approuve ce message » sur un engin de chantier, mardi 6 septembre, à Morton, Dakota du Nord.

La police a délivré un mandat d’arrêt contre Jill Stein, qui a tagué un véhicule de chantier lors d’une manifestation contre un oléoduc dans le Dakota du Nord.

La candidate écologiste à la Maison Blanche faisait l’objet, mercredi 7 septembre, d’un mandat d’arrêt pour avoir tagué un bulldozer lors d’une manifestation dans le Dakota du Nord, mardi. Jill Stein, créditée d’environ 5 % des intentions de vote dans les sondages, avait rejoint un défilé contre la construction d’un oléoduc qui menace, selon une tribu sioux, des sites sacrés dans le nord des Etats-Unis.

La candidate est accusée de deux infractions mineures, pour avoir fait des graffitis sur le véhicule de chantier et empiété sur une propriété privée, selon la police du comté de Morton. Elles pourraient lui valoir jusqu’à trente jours d’incarcération et/ou une amende de 1 500 dollars, selon la loi de cet Etat rural. Son colistier dans la course à la Maison Blanche, Ajamu Baraka, est sous le coup des mêmes accusations.

Les sioux de la réserve, située au sud de l’endroit où l’oléoduc de 1 900 kilomètres doit traverser la rivière Missouri, affirment que les équipes de construction ont déjà, en creusant, détruit plusieurs sites sacrés d’inhumation et de prière et que le projet menace leur source d’eau. Des membres d’autres tribus se sont joints à leur combat et sont rassemblés depuis des mois dans un camp de fortune installé près de la réserve.

« Vandalisme sous stéroïdes » Mercredi, Jill Stein a posté sur Twitter une photo d’elle, souriante, en train de taguer « J’approuve ce message » sur l’avant d’un bulldozer à l’aide d’une bombe de peinture rouge. « J’approuve ce messa...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant