Présidentielle américaine, J-221 : Donald Trump se rétracte sur l'avortement

le
1
APPLETON, WI - MARCH 30: Supporters listen as Republican presidential candidate Donald Trump speaks at a campaign rally at the Radisson Paper Valley Hotel on March 30, 2016 in Appleton, Wisconsin. Wisconsin voters go to the polls for the state's primary on April 5. Scott Olson/Getty Images/AFP == FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
APPLETON, WI - MARCH 30: Supporters listen as Republican presidential candidate Donald Trump speaks at a campaign rally at the Radisson Paper Valley Hotel on March 30, 2016 in Appleton, Wisconsin. Wisconsin voters go to the polls for the state's primary on April 5. Scott Olson/Getty Images/AFP == FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==

Les contradictions du milliardaire sur l’IVG, la lente progression de Bernie Sanders, le revirement des trois candidats républicains en lice : l’essentiel de la présidentielle américaine en un coup d’œil.

Le fait du jour Le favori de la course à l’investiture républicaine, Donald Trump, s’est attiré de vives critiques mercredi 30 mars en estimant sur la chaîne de télévision MSNBC que si l’avortement devenait illégal aux Etats-Unis, les femmes qui y auraient recours devraient encourir « une forme de punition ». M. Trump a fait machine arrière quelques heures après ses déclarations en estimant dans un communiqué publié sur son site de campagne que dans le même cas de figure, ce sont les médecins qui effectueraient une interruption volontaire de grossesse qui devraient être sanctionnés. M. Trump a défendu par le passé le recours à l’avortement en se définissant comme « pro choice » (pour le libre choix) avant de se rapprocher de la doxa républicaine et de se dire « pro life » (« pro-vie », anti-avortement).

Le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, a vivement critiqué mercredi le directeur de campagne de Donald Trump, Corey Lewandowski, poursuivi pour voie de fait sur la personne d’une journaliste. M. Earnest a assuré qu’un tel incident n’aurait jamais pu se produire avec l’équipe de campagne de Barack Obama ou avec celle du républicain George W. Bush. La phrase du jour « L’OTAN est loin d’être obsolète » Le porte-parole du Pentagone, Peter Cook, a défendu mardi 29 mars l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord jugée « dépassée », « inutile » et « coûteuse » par le favori de la course à l’investiture républicaine Donald Trump (à la 31e minute).

Le chiffre du...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 12 mois

    Et J-403 pour être débarrassé du PS en France !!!!!