Présidentielle américaine, J-213 : Sanders s'en prend vivement à Clinton

le
0
Bernie Sanders à Philadelphie, le 7 avril 2016.
Bernie Sanders à Philadelphie, le 7 avril 2016.

De Cancun et son front de mer à l’« intolérance libérale » de New York, l’essentiel de la présidentielle américaine en un coup d’œil.

Le fait du jour Le ton monte entre Bernie Sanders et Hillary Clinton. Le candidat à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine s’en est pris vivement à sa rivale, jeudi 7 avril. Assurant que cette dernière avait mis en doute sa capacité à être président, il a contre-attaqué en s’interrogeant : « Etes-vous qualifiée pour être la présidente de Etats-Unis lorsque vous recevez des millions de dollars de Wall Street, dont l’avidité, l’irresponsabilité et le comportement illégal ont contribué à détruire notre économie ? » Après un entretien au cours duquel il s’était montré confus, Mme Clinton avait estimé que son adversaire n’avait pas assez étudié la question d’une réforme du système bancaire américain. L’ex-secrétaire d’Etat, dont la Maison Blanche a défendu jeudi l’expérience, s’est montrée magnanime. « Je ne sais pas pourquoi il dit cela, a-t-elle commenté. Moi, je choisirais Bernie Sanders plutôt que Ted Cruz ou Donald Trump, sans aucune hésitation. »

La perspective d’une course à l’investiture républicaine plus difficile que prévu – compte tenu de la résistance du sénateur du Texas Ted Cruz – a incité Donald Trump à accroître, jeudi 7 avril, les pouvoirs de son nouveau conseiller politique, Paul Manafort. Très expérimenté, il va avoir la haute main sur la préparation de la convention de Cleveland, prévue en juillet. Il n’était chargé auparavant que du processus de sélection des délégués qui voteront lors de la convention. M. Cruz fait montre pour l’instant d...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant