Présidentielle américaine : et si le New Hampshire faisait tout basculer ?

le , mis à jour le
0
Lors d'un meeting de Donald Trump à Manchester, dans le New Hampshire, un État-clé en vue de l'élection de mardi.
Lors d'un meeting de Donald Trump à Manchester, dans le New Hampshire, un État-clé en vue de l'élection de mardi.

À quatre jours du scrutin, les médias multiplient les scénarios complexes sur les chances de Donald Trump et d'Hillary Clinton de l'emporter dans les États-clés, les fameux Swing States, qui peuvent tomber dans un camp ou dans un autre. Une chose est sûre : ces États sont de plus en plus nombreux ces derniers jours et l'écart entre les deux candidats s'est beaucoup resserré depuis l'annonce par le FBI de la réouverture de l'enquête sur les e-mails d'Hillary Clinton. Il y a encore deux semaines, les démocrates pensaient avoir une chance de remporter l'Arizona, la Géorgie et même le Texas, États habituellement très républicains. Ces jours-ci, la campagne Clinton semble surtout essayer de limiter les dégâts et de tenir les États qu'elle pensait acquis : Michigan, Wisconsin, Colorado, Virginie, Pennsylvanie et New Hampshire. La moyenne des sondages dans ces États montre toujours la candidate démocrate en tête, mais l'écart est plus serré. La possibilité pour Donald Trump d'obtenir les 270 voix nécessaires au collège électoral ne relève plus de la fiction.

« Il y a eu une brèche potentielle dans le pare-feu électoral d'Hillary Clinton », écrit Nate Silver, le gourou des sondages, sur son site Fivethirtyeight.com. L'exemple, c'est le New Hampshire, où trois sondages publiés jeudi montrent les deux candidats quasiment à égalité, avec Trump en tête de 1 à 5 points. Ce petit État du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant