Présidentielle 2017 : Sarkozy, l'été du « fauve »

le , mis à jour à 09:58
3
Présidentielle 2017 : Sarkozy, l'été du « fauve »
Présidentielle 2017 : Sarkozy, l'été du « fauve »

« On laisse passer l'été. » C'est fin août, et pas avant, que Nicolas Sarkozy lancera sa candidature pour l'Elysée. Il en a fait la confidence mercredi aux 61 conjurés — précisément — réunis dans la brasserie du Toucan, à deux pas du siège des Républicains (Paris XVe). Il y avait là Christian Estrosi, Eric Ciotti, Roger Karoutchi et bien sûr Brice Hortefeux, premier des sarkozystes, qui se délecte du retour en grâce de son champion : « Il y a trois mois, on était une vingtaine ! »

 

Les sondages, de fait, sont au beau fixe pour l'ancien président. Il n'est pas favori, certes, mais plus vraiment challengeur : selon TNS Sofres, il gagne 9 points en un mois, à 44 % chez les électeurs de droite, contre 41 % pour son rival Alain Juppé (- 6 points). Mieux, il bondit de 17 points chez les sympathisants LR à 65 % (52 % pour Juppé, soit - 14).

 

« Ça va mieux », plaisante un proche en paraphrasant François Hollande. « Je suis convaincu qu'il va gagner la primaire », parie le Niçois Eric Ciotti. C'est à partir de demain soir, une fois validé le projet du parti pour 2017 (lire ci-dessous), que s'ouvrira la période durant laquelle Nicolas Sarkozy entamera sa mue, pour passer du statut de chef de l'opposition à celui de candidat à la magistrature suprême.

«On va voir un homme en pleine possession de ses moyens, qui fait du vélo, du sport »

un cadre du parti les républicains

Après un dernier meeting le 12 juillet en Corse avec le chiraquien François Baroin, le « fauve », comme le surnomme sa garde rapprochée, partira se mettre au vert. Des vacances qu'il passera en France, entre la villa familiale des Bruni Tedeschi au cap Nègre (Var) et le splendide domaine corse de Murtoli, le tout entre deux rencontres militantes. Car ce boulimique de politique n'entend pas rester inactif. « L'été va lui être bénéfique. On va voir un homme en pleine possession de ses moyens, qui fait du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.