Présidentielle 2017 : Sarkozy candidat favori à droite mais Juppé gagne du terrain

le
3
Présidentielle 2017 : Sarkozy candidat favori à droite mais Juppé gagne du terrain
Présidentielle 2017 : Sarkozy candidat favori à droite mais Juppé gagne du terrain

Mais quand reviendra-t-il ? Le feuilleton dure depuis la défaite de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2012, alimenté par une savante stratégie de la «carte postale». Et pour l'instant, cela semble fonctionner auprès des sympathisants de l'UMP qui, selon un sondage Harris Interactive/LCP* publié ce mercredi, placent l'ancien chef de l'Etat en favori pour disputer la présidentielle 2017. Avec 32% de soutiens pour l'éventuelle primaire, l'ancien président recule toutefois de 18 points par rapport à octobre 2013. Alain Juppé arrive en deuxième position, avec 25%. Il gagne lui 7 points par rapport à 2013. Loin derrière, François Fillon et Jean-François Copé récoltent respectivement 11% et... 2%.

La crise que traverse l'UMP avec l'affaire Bygmalion a changé la donne. Les sarkozystes, le fidèle Brice Hortefeux en tête, multiplient les appels pour que l'ancien président reprenne les rênes du parti en mal de leader et en situation de quasi-effondrement. Ce mercredi encore, ils font monter la pression. Côté sympathisants toutefois, c'est Alain Juppé qui arrive en favori pour la présidence de l'UMP. 29% d'entre eux portent leur choix sur l'ancien Premier ministre, nettement devant Nicolas Sarkozy (13%) et François Fillon (12%). Viennent ensuite Laurent Wauquiez (9%), Bruno Le Maire (8%), Nathalie Kosciusko-Morizet (7%), Xavier Bertrand (5%), Valérie Pécresse (3%) et Jean-François Copé (1%). Tout de même 11% des sympathisants de droite ne veulent aucune de ces personnalités.

INTERACTIF. Crise à l'UMP : que sont devenues les alliances de 2012 ?

Selon Hortefeux, «le retour de Nicolas Sarkozy, qui était une possibilité, devient une nécessité. Je souhaite donc qu'il soit candidat à la présidence de l'UMP à l'automne», avance-t-il dans une interview au «Monde». Et de sous-entendre que l'ancien chef de l'Etat est le seul à pouvoir qualifier l'UMP pour le second tour de la présidentielle de 2017, alors que pointe le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nebraska le jeudi 5 juin 2014 à 11:33

    Les présidentielles de 2017 seront hard car une majorité de français ne veut plus voir tous ces gens qui ont eu affaire à la justice, et cela est valable à droite comme à gauche. Donc s'il n'y a pas de nouvelle tète ......... = abstention record.

  • M4958114 le jeudi 5 juin 2014 à 10:11

    un repris de justice et l'autre qui vas pas tarder a l'être !

  • mlaure13 le jeudi 5 juin 2014 à 10:02

    ne veut plus de Sarko...trop BlingBling...Tout le monde lui a dit, même les proches de son camp...ET IL ARRIVA CE QUI DEVAIT ARRIVER !...Le malheur pour la France, c'est qu'il y a bcp de prétendants pour la fonction suprême, mais personne pour faire honneur et qualité à cette fonction...Le système est phagocyté par des politicards mafieux incompétents, et la France s'enfonce inexorablement dans les profondeurs de la médiocrité des Pays des cigales !...