Présidentielle 2017 : pour Thierry Mandon, une primaire à gauche est «indispensable»

le
4
Présidentielle 2017 : pour Thierry Mandon, une primaire à gauche est «indispensable»
Présidentielle 2017 : pour Thierry Mandon, une primaire à gauche est «indispensable»

Comme un mini pavé dans la marre. Thierry Mandon, secrétaire d'État à la Réforme de l'État, a jugé mardi «indispensable» une primaire «élargie aux radicaux, écologistes et tous ceux qui voudront y participer» pour que la gauche soit présente au second tour de l'élection présidentielle en 2017. Et afin d'éviter clairement un deuxième 21 avril 2002 lorsque le candidat socialiste Lionel Jospin, Premier ministre sortant, avait été éliminé au premier tour à cause de l'éparpillement des voix à gauche.

C'est la première fois qu'un membre du gouvernement s'exprime publiquement sur l'opportunité d'organiser un tel rendez-vous. Jusqu'ici, la question d'une primaire au PS avait été soulevée surtout par l'aile gauche du parti.

«Il vaut mieux que trois-quatre personnes (...) s'affrontent dans une primaire (...) plutôt que de dire y aura pas de primaire et qu'on fasse comme on a fait en 2002: un premier tour avec des candidats multiples à gauche, et résultat: on n'est pas au deuxième tour», a-t-il ajouté lors de l'émission «Preuve par 3» sur Public Sénat/AFP/Dailymotion, précisant que le président François Hollande pourrait participer à cette primaire.

VIDEO. Mandon parle d'une primaire «indispensable»

Interrogé sur le fait de savoir si François Hollande pourrait y participer, Thierry Mandon a répondu : «Oui, comme aux États-Unis, c'est l'occasion de ressourcement pour le président sortant.» «Le président a besoin de ce ressourcement pour être revitalisé», a-t-il ajouté.

La primaire est devenue incontournable

«La primaire, pour moi, elle est indispensable, pas pour faire du tir aux pigeons contre X ou Y, ou pour écarter telle candidature, y compris celle du président de la République s'il réussissait son quinquennat et qu'il voulait se représenter. Elle est indispensable parce que (...) ce que vous ne réglez pas dans une primaire, vous le retrouvez au premier tour de la présidentielle», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 90342016 le mercredi 19 nov 2014 à 08:59

    tous maffieux

  • M940878 le mercredi 19 nov 2014 à 08:59

    la gauche oserait se représenter ? trop drôle !

  • hbaudry1 le mercredi 19 nov 2014 à 08:30

    Quand on voit le Président que nous a envoyée la primaire à gauche, on peut douter de son utilité !!!!!!

  • 2445joye le mardi 18 nov 2014 à 22:45

    Comment, avec un tel bilan, ose-t-il envisager un candidat de gauche à l'élection présidentielle de 2017? C'est une insulte faite aux Français.