Présidentielle 2017 : pour Jean-Marie Le Pen, «la présidente du FN sera battue»

le
0
Présidentielle 2017 : pour Jean-Marie Le Pen, «la présidente du FN sera battue»
Présidentielle 2017 : pour Jean-Marie Le Pen, «la présidente du FN sera battue»

Environ 350 personnes étaient réunies, ce dimanche matin, pour écouter le discours de Jean-Marie Le Pen devant la statue de Jeanne d'Arc, place des Pyramides à Paris. L'occasion pour l'ancien président du Front national, n'a toujours pas digéré son exclusion du parti en août 2015, d'adresser une nouvelle salve contre les dirigeants du FN et en premier lieu sa fille Marine, qui lui a succédé à la tête du parti.

Un FN où tous ne le fuient pas comme en atteste la présence de Bruno Gollnisch, député européen et membre du Bureau politique, et de Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du FN. A leurs côtés également Jérôme Bourdon, le directeur de l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol.

Revenant sur son exclusion, Jean-Marie Le Pen l'estime comparable à... la décapitation de Louis XVI en 1793 §. Sans bénéfice pour le FN assure-t-il puisque, de son point de vue, la dédiabolisation voulue par la nouvelle présidente et ses proches «n'a pas marché». Pour preuve, les défaites de Marine Le Pen, en Nord-Pas-De-Calais-Picardie bientôt nommée Haute-France, et de Marion Maréchal-Le Pen, sa petite-fille en Provence-Alpes-Côte-d'Azur) aux régionales de décembre 2015.

«Errare humanum est, perseverare diabolicum», rapelle-t-il en latin, c'est-à-dire que «l'erreur est humaine, mais persévérer est diabolique», avant d'avertir : «Il est encore temps de réparer l'erreur». Sinon prédit-il, «puisque aucun signe n'a été mis dans le sens de la conciliation, la présidente du FN sera battue au deuxième tour et peut-être même au premier». «Il n'y a, pour le Front national, qu'une seule voix, celle de l'opposition au système», a-t-il martelé.

Plus que le discours du patriarche, c'est la présence de quelques cadres FN (Gollnisch, Arnautu...) qui risque d'avoir des suites. Marine Le Pen l'avait interdite, menaçant d'exclusion ses militants s'il participaient à ce rassemblement traditionnel, maintenu par Jean-Marie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant