Présidentielle 2017 : Montebourg se lance... contre Hollande

le , mis à jour à 06:54
0
Présidentielle 2017 : Montebourg se lance... contre Hollande
Présidentielle 2017 : Montebourg se lance... contre Hollande

On s'attendait à une déclaration de candidature, ce fut une déclaration... de guerre à François Hollande. Devant ses amis, venus à Frangy-en-Bresse pour soutenir l'entrée en lice de leur champion dans la course présidentielle, Arnaud Montebourg n'a certes pas été avare de propositions pour bâtir ce qu'il appelle « la nouvelle France ». L'essentiel n'est pourtant pas là, mais dans la tonalité très particulière qu'il a voulu donner à son discours. Hier, les oreilles de l'actuel locataire de l'Elysée ont dû siffler plus d'une fois car, à entendre Montebourg, tout ou presque serait de la faute de Hollande : l'économie en berne, la désindustrialisation, la montée du chômage, la démocratie en panne, l'austérité... Tout juste s'il ne l'a pas rendu responsable du dérèglement climatique et du terrorisme.

 

« En vérité, je n'aurais pas dû être là devant vous à vous proposer un projet alternatif, a fait mine de confesser l'ancien ministre du Redressement productif. Car pour moi l'alternative était celle que nous avions cru mettre au pouvoir il y a quatre ans. » Pointant le « gâchis », la « grande occasion manquée » et l'« oubli général de ceux qui nous ont mandatés », Montebourg pilonne sans relâche Hollande. « Pour moi, le bilan de ce quinquennat n'est pas défendable », martèle-t-il. Avant d'ajouter dans un vrai-faux mea culpa : « Des erreurs ont été commises sur le chemin qui nous a menés là et j'en prends ma juste part. La faute que j'ai commise, c'est celle de n'avoir pas réussi à infléchir, corriger, convaincre. » Et de pointer la fermeture des hauts-fourneaux de Florange qui aurait pu être évitée si on les avait nationalisés comme il le réclamait, « l'austérité fiscale et budgétaire devenue le mantra de ce quinquennat » et « le million de chômeurs de plus ».

 

Pas d'allusion à la primaire

 

Sous le soleil de cette fin août, l'homme à la marinière ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant