Présidentielle 2017 : Le Guen dénonce «l'outrance et la radicalisation» de Montebourg

le
14
Présidentielle 2017 : Le Guen dénonce «l'outrance et la radicalisation» de Montebourg
Présidentielle 2017 : Le Guen dénonce «l'outrance et la radicalisation» de Montebourg

Trois anciens ministres candidats qui se déclarent à une primaire ou à l'élection présidentielle en trois jours... Ce lundi de rentrée politique, les déclarations d'intention d'Arnaud Montebourg surtout, de Cécile Duflot et de Benoît Hamon agacent leurs pairs. « Lorsqu'on a été ministre de François Hollande, ministre de l’Économie pendant trois ans (Ndlr : en réalité de mai 2012 à août 2014), lorsqu'on est un responsable de la gauche, on peut s'exprimer sans être dans l'outrance et la caricature », tance le socialiste Jean-Marie Le Guen sur France 2. Le secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement répugne à « la violence et l'outrance » et « à la radicalisation » des propos d'Arnaud Montebourg, qui jugeait dimanche qu'il était « impossible de défendre le bilan » du président de la République. Pour Le Guen, l'ancien député de Saône-et-Loire parti se frotter à l'entrepreneuriat privé depuis qu'il a été viré du gouvernement il y a deux ans « aurait plus de force s'il était capable de se mettre au service d'un combat collectif  ».

Le fait que trois anciens ministres du gouvernement Ayrault puis Valls se présentent face au président sortant « est un échec » de cette « génération ». « Ils n'ont pas su sortir de la logique d'opposition dans laquelle ils étaient », poursuit-il, convaincu que la ligne social-réformiste de l'exécutif est la plus soutenue à gauche par l'opinion.

 

Thierry Braillard, secrétaire d’État aux Sports, encore présent ce lundi à Rio, lui, trouve cette multiplication « surtout surprenant(e) », parlant de « personnes qui avaient l'air d'être bien au gouvernement » qui agissent aujourd'hui selon des « aspects politiciens ». « Quand on est au gouvernement, on travaille et quand on est membre d'une majorité, on fait en sorte qu'elle réussisse », somme-t-il sur RTL. Arnaud Montebourg « doit dire dans quel camp » il est. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye il y a 12 mois

    Par définition, celui qui a soutenu François Hollande et s'aperçoit ensuite qu'il s'est trompé ne dispose pas d'un bon jugement et n'a pas les aptitudes requises pour être président. Ca vaut pour Montebourg, Bayrou, Mélenchon, Duflot, etc...

  • M2766070 il y a 12 mois

    gr207 , très bien exposé....

  • M2766070 il y a 12 mois

    frank8 y a pas d idées à goch... la droite pas terrible mais à goch rien creux, .....

  • M7097610 il y a 12 mois

    les trosko s'embourgeoisent ?

  • brinon1 il y a 12 mois

    sa nullité, de Le Guen, concurrencerait elle celle de HAMON et DUFLOT ?

  • GR207 il y a 12 mois

    ../.. Bref, le prestige a disparu. La réussite aussi.Les poubelles de l’histoire s’ouvrent sous leurs pieds.

  • GR207 il y a 12 mois

    ../.. Mais pour le 21ème siècle, ce genre d'individu est devenu superfétatoire.Ainsi comme ses coreligionnaires (Cambadélis et consorts) il passe totalement à côté de la vraie fracture du 21ème siècle : identité, globalisation, et des questions qui en découlent : immigration, frontières etc.Leur internationalisme historique, obtus, borné, et gravé dans le marbre, les ridiculise, et les rend totalement inopérants.

  • GR207 il y a 12 mois

    En ce sens, il a vieilli, et n’a pas su se réinventer. Il est sec. Un petit vieux.Il fait partie de cette collection stupéfiante de cra-pules et mag-ouilleurs qui fleure bon les années… 70.Mais pour le 21ème siècle, ce genre d'individu est devenu superfétatoire.Ainsi comme ses coreligionnaires (Cambadélis et consorts) il passe totalement à côté de la vraie fracture du 21ème siècle : identité, globalisation, et des questions qui en découlent : immigration, frontières etc.

  • janaliz il y a 12 mois

    Quand nous serons rattrapés par la patrouille on verra si les programmes de la droite sont si loufoques que cela... Les loufoques sont ceux qui promettent encore le grand soir... qui s'il existe ne sera plus tout à fait celui imaginé par les grands théoriciens du XIX siècle...

  • GR207 il y a 12 mois

    Le Guen raillant Montebourg pour son "outrance" et sa "caricature" c'est un peu l'hôpital qui se moque de la charité...Le Guen en bon trotskard… rejoignant le PS… devenant « député» avant de jouer les rabatteurs 1er / 2nd tour pour le compte du PS. Quel petit monde ! Il faut souligner que son «efficacité» (très réelle à l’époque) et son génie de l’entrisme, désormais tourne à vide ../..