Présidentielle 2017 : la primaire UMP se tiendra les 20 et 27 novembre 2016

le , mis à jour à 15:03
0
Présidentielle 2017 : la primaire UMP se tiendra les 20 et 27 novembre 2016
Présidentielle 2017 : la primaire UMP se tiendra les 20 et 27 novembre 2016

A sept mois de la primaire qui doit être organisée à droite en vue de l'élection présidentielle de 2017, l'UMP a mis au point les règles du jeu. Selon «Le Monde», qui a eu accès à cette charte d'organisation, celle-ci devait «être approuvée par les dirigeants de l’UMP lors d’un bureau politique, prévu le 14 avril, sous la présidence de M. Sarkozy». Mais le député Thierry Solère, chargé du groupe de travail sur le sujet, a indiqué que Nicolas Sarkozy a décidé d'avancer ce bureau politique à la semaine prochaine, le président de l'UMP souhaitant «accélérer le calendrier».

La charte d'organisation, constituée de six chapitres, précise le corps électoral, le seuil de parrainages nécessaires pour concourir, le nombre de bureaux de vote, mais aussi la date du scrutin. L'élection, en deux tours si aucun candidat n’obtient 50 % des suffrages exprimés lors du premier, est ainsi prévue les 20 et 27 novembre 2016.

La primaire s'ouvre au centre

Les adhérents UMP ne seront pas les seuls à pouvoir voter.  Tous les sympathisants de droite et du centre « inscrits sur les listes électorales ou ayant 18 ans à la date de l’élection présidentielle » auront leur mot à dire.

Pour participer au scrutin, il suffira aux votants d'adhérer à la charte de la primaire et de signer un texte constitué d'une seule phrase : « Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France. » Chaque électeur devra également verser «une contribution de deux euros par tour de scrutin».

Les procurations interdites

Pour éviter les contestations, la primaire se déroulera seulement avec un vote papier. Aucune procuration ne sera non plus autorisée dans les 8 000 bureaux de vote dont la répartition a été le sujet d'âpres négociations. 4 000 seront répartis équitablement dans chacune des 577 circonscriptions (minimum sept par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant