Présidentielle 2017 : la candidature de Fillon n'étonne pas Copé

le
1
Présidentielle 2017 : la candidature de Fillon n'étonne pas Copé
Présidentielle 2017 : la candidature de Fillon n'étonne pas Copé

Jean-François Copé, le président de l'UMP, a réagi aux propos de François Fillon, qui déclarait jeudi vouloir être candidat en 2017, «quoi qu'il arrive». Si l'ancien Premier ministre a expliqué vouloir être candidat aux primaires de 2016 organisées par l'UMP, dans la perspective de l'élection présidentielle, Jean-François Copé a précisé sur RTL, ce vendredi, que «2017, c'est loin».

«Fillon a dit, une nouvelle fois, ce qu'il a déjà déclaré un certain nombre de fois. Il a reparlé de sa volonté de voir une primaire figurer dans les statuts (NDLR : de l'UMP)», a affirmé Jean-François Copé. Il a «rectifié le tir», a-t-il également dit, alors que François Fillon n'avait, dans un premier temps, pas mentionné explicitement les primaires de 2016, mais uniquement l'échéance présidentielle de 2017.

D'abord penser aux municipales de 2014

Mais le chef de l'opposition souhaite d'abord mettre l'accent sur des échéances plus proches. «La priorité aujourd'hui, c'est 2014. Le débat viendra ensuite pour 2017, a-t-il expliqué. Personnellement, en tant que président de l'UMP, je n'ai qu'une intention pour l'instant, préparer les municipales de 2014.» Enfonçant le clou sur la priorité qu'il donne aux prochaines élections locales, il a souligné qu' «il est très respectable de songer à l'élection présidentielle. Mais si on veut avoir une chance de l'emporter en 2017, il faut d'abord être certain d'avoir remporté les municipales de 2014.»

Les relations entre les deux hommes sont tendues depuis l'élection controversée pour la présidence de l'UMP, le 18 novembre 2012. Jean-François Copé l'avait finalement emporté après une série de contestations et de recours. «Pourquoi voulez-vous absolument qu'on s'oppose ?» s'est interrogé Jean-François Copé. «Nous nous parlons, nous nous voyons», a-t-il poursuivi sur ses relations avec l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy. «Mais ma mission ne s'arrête pas...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5842479 le vendredi 10 mai 2013 à 10:34

    La guerre des chefs ne fait que commencer, ils veulent absolument resté dans l.opposition pendant 10 ans. François Fillon est un diviseur, il veut mettre le feu en pensant récupérer de la gloire.