Présidentielle 2017 : Fillon «en compétition» avec Sarkozy

le
0
Présidentielle 2017 : Fillon «en compétition» avec Sarkozy
Présidentielle 2017 : Fillon «en compétition» avec Sarkozy

François Fillon s'affranchit définitivement. Après sa prise de position polémique sur les relations avec le FN, puis sa critique devant Poutine, sur la position de la France lors de la crise syrienne, l'ancien Premier ministre se voit maintenant en compétition directe avec Nicolas Sarkozy pour la présidentielle de 2017, et ne s'en cache plus. Pour l'UMP Jean-Pierre Raffarin, cette stratégie est «un peu décalé» et «ne correspond pas à l'attente des Français».

François Fillon, affirme au Journal du Dimanche qu'il ne «peux pas assumer toutes les conséquences d'une candidature à la présidentielle et ne pas être en conflit avec Nicolas Sarkozy compte tenu de son état d'esprit. On est de facto en compétition», affirme-t-il. «A part Sarko, il n'y a pas énormément d'alternative à droite», estime le député de Paris, taclant au passage et sans le nommer, Jean-François Copé, l'actuel président de l'UMP. «Ce sont les sondages qui nous départageront pour savoir qui est le mieux placé pour battre Hollande.»

Se projetant déjà aux élections présidentielles de 2017, François Fillon affirme aussi travailler sur «un programme de vraie rupture, un programme de vérité». Un «drôle de programme» selon Nicolas Sarkozy qui a récemment raillé son ancien Premier ministre !

Mise au point sur ses propos sur le FN

Alors que ses recommandations de voter pour «le moins sectaire» en cas de duel PS/FN aux municipales, ont provoqué de vives réactions, y compris dans son camp, François Fillon concède une «maladresse» dans cette formulation. Pour autant, il affirme que son expression n'était «pas improvisée». «Derrière, il y a une idée. On ne peut pas se laisser enfermer dans une doctrine de parti peut-être confortable mais qui ne règle rien», fait-il valoir.

L'ex-Premier ministre, en recul dans les sondages, cherche ainsi à se construire une nouvelle image. «Il faut que je me libère. Évidemment, je vais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant