Présidentielle 2017 : comment Macron prépare son big bang

le , mis à jour à 08:41
3
Présidentielle 2017 : comment Macron prépare son big bang
Présidentielle 2017 : comment Macron prépare son big bang

« à part pour le FN, on ne fait jamais ça... » La violence politique, Emmanuel Macron l'expérimente au quotidien depuis qu'il a claqué la porte du gouvernement. En petit comité, il évoque le surnom Brutus dont l'ont affublé les amis du président, les petites vexations du pouvoir et les « pressions » que subissent la quarantaine de parlementaires qui le soutiennent. « Une fébrilité qui en dit long », juge-t-il, bien décidé à ne pas répondre. « C'est ça qui tue la politique. »

 

Macron n'a pas de temps à perdre. Chaque journée compte sur sa route vers la présidentielle, tant son défi est immense. Impossible ? Ce n'est rien de moins qu'un big bang que le trublion de 38 ans, qui se veut ni de droite ni de gauche, entend bien engager d'ici mai. Une « recomposition politique » qui doit déboucher sur une « maison commune des progressistes » de tous bords. Gauche, droite, extrême droite et société civile comprises. Jeudi, l'écolo Daniel Cohn-Bendit lui a apporté son soutien. Il l'a appelé pour le remercier. Et ne désespère pas de rallier le centriste Jean-Louis Borloo. Déjà, il recrute pour pouvoir présenter 577 candidats aux législatives sous l'étiquette En marche.

 

Installé dans ses nouveaux locaux spartiates au 14 e étage de la tour Montparnasse, au milieu des cartons, il décrit des partis à bout de souffle, discrédités, englués dans les batailles d'appareil. Il a cette formule cinglante : « Les deux grands partis ( NDLR : PS et LR), c'est l'amicale des boulistes. Mais sans l'amitié et sans les boules... » Il assume ce positionnement, qui lui vaut d'être taxé par Manuel Valls de « populisme light ». Lui revendique de ne pas appartenir au « sérail », d'avoir un « nouveau visage », notamment vis-à-vis des électeurs du FN à qui il veut aussi s'adresser.

 

Quand se déclarera-t-il ? Entre le 15 novembre et le 15 décembre, selon ses proches. Avant le président, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • noterb1 il y a 4 mois

    big bang ... ou big pschitt ? l'avenir dira . Personnellement le futur milliardaire puisque c'est son idéal de vie me fait rire .

  • frk987 il y a 4 mois

    On voit sa carrière pilotée par sa maman qui a une génération de plus que lui et qui ne comprend rien à rien, faut dire qu'elle fut enseignante dans sa jeunesse !!!!

  • jean.e1 il y a 4 mois

    flop assuré