Présidentielle 2017 : comment ils comptent vous séduire

le , mis à jour à 08:50
4
Présidentielle 2017 : comment ils comptent vous séduire
Présidentielle 2017 : comment ils comptent vous séduire

La campagne 2017 s'annonce new-look ! A onze mois de la présidentielle, les candidats rivalisent déjà d'idées pour organiser le meeting le plus innovant, quand ils ne revoient pas leur garde-robe. Quelles seront les tendances du printemps prochain sur les estrades ? La démocratie participative et le renouveau. Bruno Le Maire a adapté le format de ses réunions publiques pour la primaire à droite. Tenue décontractée, échange avec le public dans de petites salles. « Une démarche de proximité et de sincérité », vend son équipe. Et... peu coûteuse. « La forme traditionnelle qui consiste à être derrière un pupitre en majesté, déverser son savoir, prendre les applaudissements et repartir après avoir serré quinze mains, c'est dépassé », crâne son entourage.

Les meetings traditionnels : trop chers et peu efficaces

Emmanuel Macron, qui lancera le 28 mai sa « grande marche », est aussi adepte des réunions petit format et questions-réponses avec le public. Il appelle ça des « rencontres citoyennes » (toute ressemblance avec les « rencontres avec les Français » lancées cette semaine par Manuel Valls...). « Un meeting traditionnel, ça coûte horriblement cher et ne sert pas à grand-chose. Ça permet de mobiliser les troupes mais ne génère aucune voix », explique Guillaume Liegey, cofondateur de la start-up Liegey Muller Pons, dont Macron s'est offert les services. Cet expert en stratégie électorale mise plutôt sur du porte-à-porte et du démarchage téléphonique ultra-ciblés.

Interactivité, connectivité : François Fillon aussi a tenté de bousculer les codes le 3 mai, avec une réunion publique à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Pour une facture de 80 000 €. Nouveautés de ce meeting 2.0 : la présence à la tribune de personnes de la société civile, une retransmission en live sur le Web, des questions des internautes en direct. « Ça permet de développer la participation depuis chez ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 il y a 8 mois

    je vois pas Mossieur ASSELINEAU ? Vont nous le squizzer , grace à la loi de décembre 2015... bien, en 2017 si ça continu y aura 2 bulletin au 1er tour et 1 au second.... au 1er ce sera moland ou val$$$ , au second... devinez

  • sarestal il y a 8 mois

    le 3ème : sa priorité " N° 1" consiste à reculer l'âge de départ à la retraite à 65 ans, une grande innovation pour un politicien parti en retraite à 57 ans. Question qui vient à l'esprit : On fait quoi des jeunes ?

  • sarestal il y a 8 mois

    le 2ème, on a vu le résultat

  • sarestal il y a 8 mois

    Pour le 1er, c'est évident : En changeant d'opérateur pour la diffusion des chiffres du chômage.