Présidentielle 2017 : à Bruxelles, Hollande cible «Madame Frexit»

le , mis à jour à 07:06
6
Présidentielle 2017 : à Bruxelles, Hollande cible «Madame Frexit»
Présidentielle 2017 : à Bruxelles, Hollande cible «Madame Frexit»

C'est l'invitée surprise de cette fin de mandat. Avec le Brexit, voilà l'Europe qui bouscule la précampagne française de 2017. « L'élection présidentielle va se jouer aussi sur la participation de la France à l'Union européenne », a volontiers dramatisé François Hollande hier au deuxième et dernier jour du Conseil européen exceptionnel de Bruxelles. A moins d'un an de l'élection, le président se sait assailli par les populistes de tout poil. Il a donc d'ores et déjà engagé la riposte. « Le Brexit peut servir de leçon », a-t-il prévenu, alors que la livre sterling plonge et que la City est déstabilisée. « Les populistes et extrémistes doivent savoir quelles sont les conséquences. »

 

L'objectif du président, qui se rêve en rempart des europhiles, est clair : démontrer par l'absurde aux électeurs de Marine Le Pen ou de Jean-Luc Mélenchon que « le Brexit est davantage un problème qu'une solution ». Il ne faudra donc pas compter sur Hollande pour avoir une attitude conciliante à l'égard de David Cameron dans les négociations qui vont s'ouvrir en vue du retrait anglais de l'UE. Sauf à offrir une prime à ceux qui veulent, dit-il, « la dislocation de l'Union ».

 

« On ne décide pas d'un référendum par convenance personnelle ou habileté politique »

 

Bien décidé à mener une offensive antipopuliste, il a aussi durci le ton sur l'immigration illégale et « la protection » de l'Europe devenue, tout un symbole, la priorité numéro un. Certes, le président ne réclame pas la suspension de l'espace Schengen, qui garantit la libre circulation des personnes. Mais il plaide pour « le rétablissement d'un contrôle effectif des frontières » extérieures de l'UE. Comment ? « Par un renforcement considérable des gardes-côtes et gardes-frontières européens ». « Les prochaines semaines vont être décisives », affirme-t-il. En septembre, lors d'une nouvelle rencontre à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phili646 il y a 12 mois

    @ M1961G C'est beau de rêver !!!!!!

  • M3471517 il y a 12 mois

    Les eurocrates en sont réduits à utiliser les méthodes mafieuses de l’intimidation et de la terreur pour éviter la désagrégation. C'est dire si celle ci est inévitable.

  • M5299935 il y a 12 mois

    quoiqu'on en dise il a réussi sa promesse .... il ne reste plus que des pauvres et une tout petit nombre de très riches.....................

  • xk8r il y a 12 mois

    Et lui avec ses 800 0000 chômeurs à lui tout seul !!!!!

  • M1961G il y a 12 mois

    avec marine en 2017 à la tête de l'état pour remplacer hollande , on aura un référendum pour sortir de l'europe car le fn est un parti démocratique . le frexit permettra à la france de retrouver sa souveraineté . 2017 sera une grande année pour la démocratie .

  • M1765517 il y a 12 mois

    avec le brexit Hollande a gagné : son ennemi etant la finance !