Présidentielle 2012 : enquête sur le financement d'un meeting de Sarkozy

le
5
Présidentielle 2012 : enquête sur le financement d'un meeting de Sarkozy
Présidentielle 2012 : enquête sur le financement d'un meeting de Sarkozy

Une enquête a été ouverte à Paris sur le financement d'un meeting de Nicolas Sarkozy, à Toulon en 2011, qui est l'une des réunions épinglées par le Conseil constitutionnel pour justifier le rejet de son compte de la campagne 2012, a indiqué lundi à l'AFP une source proche du dossier.

Lancée début octobre 2013, cette enquête préliminaire a fait suite à un courrier adressé l'été dernier par le militant écologiste grenoblois Raymond Avrillier, qui dénonçait de possibles faits de «détournement de fonds publics» en marge de la campagne présidentielle 2012 de l'ancien chef de l'Etat.

Le meeting au coeur de l'enquête a eu lieu le 1er décembre 2011 à Toulon, cinq mois avant la présidentielle. Devant 5 000 personnes, le président Sarkozy s'était employé à conjurer la «peur» de la crise économique. Il ne briguait pas encore officiellement un second mandat, puisqu'il avait attendu la mi-février 2012 pour formaliser cette candidature.

A l'époque, le PS avait aussitôt accusé le chef de l'Etat de faire campagne avec des fonds publics sous couvert d'activité présidentielle. Faux, avait rétorquait l'UMP, qui ironisait alors sur la «fébrilité» de la gauche...

Les Sages avaient insisté sur «l'implication de l'UMP dans cette manifestation»

Dans son compte de campagne, Sarkozy n'avait pas inscrit un seul euro dépensé avant cette entrée en lice officielle dans la course à l'Elysée. Ceci avait été épinglé en décembre 2012 par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) en rejetant les comptes de Nicolas Sarkozy.

La CNCCFP avait été suivie dans son analyse quelques mois plus tard par le Conseil constitutionnel, en ce qui concerne notamment le meeting de Toulon. Dans leur décision du 4 juillet 2013, les Sages avaient estimé que cette réunion publique ne pouvait être regardée comme s'inscrivant dans «l'exercice du mandat présidentiel» de Nicolas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav le lundi 27 jan 2014 à 16:36

    et les millions qu'à le fils fabuis aucune enquête sur lui bizarre ah oui c'est le fils du ministre pas touche !!!!!

  • Gary.83 le lundi 27 jan 2014 à 16:34

    et valls qui court la campagne avant les municipales !!! il cherche, une nouvelle copine pour grOslande ???

  • pchablat le lundi 27 jan 2014 à 16:17

    scandaleux, ils sont vraiment peur qu'il revienne, à mon avis il y a bien d'autre chats à fouetter, la délinquance, la hausse du chômage, mais non, dès qu'on attaque les socialistes il faut qu'ils sortent une nouvelle pour détourner le scandale de la gouvernance.

  • jbellet le lundi 27 jan 2014 à 16:12

    toujours dans le même sens on ne regarde pas qui a finance la campagne de hollande et pourtant il y avait parmi ses sponsors des personnes qui avaient des comptes dans des paradis fiscaux!! quand on est socialiste tout est permis

  • quoa le lundi 27 jan 2014 à 15:44

    c'est reparti pour un tour