Présidence de la Fifa : un prince Jordanien défie Blatter

le
0
Présidence de la Fifa : un prince Jordanien défie Blatter
Présidence de la Fifa : un prince Jordanien défie Blatter

Le prince jordanien Ali bin Al Hussein, qui a annoncé mardi sa candidature à la présidence de la Fifa, a cherché à développer le football en Asie avec une attention particulière portée aux jeunes et aux femmes. Âgé de 39 ans, ce demi-frère du roi Abdallah II est connu dans les milieux sportifs comme un homme modeste, calme et très humain.

Vice-président de la Fifa pour l'Asie et membre du Comité exécutif de la Confédération asiatique de football (CAF), il dirige également depuis 1999 la Fédération jordanienne de football et occupe d'autres postes de responsabilité dans ce domaine. En annonçant sa candidature, le prince Ali a expliqué vouloir redorer le blason de la Fifa, éclaboussée par plusieurs affaires de corruption. Le football mondial «mérite une gouvernance de classe mondiale» et la Fifa doit être «une organisation de service et un modèle d'éthique», a-t-il dit en éreintant implicitement la gestion controversée du Suisse Joseph Blatter, candidat à 78 ans à un cinquième mandat.

VIDEO. Le candidat Blatter ne se cache plus

En 2012, le prince a créé le projet de développement du football asiatique (AFDP, à but non lucratif) qui a pour mission de développer le football à travers l'Asie, en particulier auprès des jeunes, et de valoriser la place des femmes. Il se concentre aussi sur la responsabilité sociale du sport. L'AFDP a notamment mené, avec succès, la campagne pour lever l'interdiction faite aux femmes voilées de jouer. A son crédit également, la proposition -acceptée- d'augmenter le nombre de pays participant à la Ligue des champions d'Asie.

Marié à une journaliste et diplômé aux Etas-Unis

Le prince Ali se présente comme «un fervent partisan du football féminin». «Je suis déterminé à aborder toutes les questions pertinentes afin de veiller à ce que toutes les filles et les femmes puissent jouer ce beau jeu à travers le continent (asiatique)», déclarait-il en 2011.

Né le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant