Présidence de la Fifa : David Ginola officialise sa candidature

le
0
Présidence de la Fifa : David Ginola officialise sa candidature
Présidence de la Fifa : David Ginola officialise sa candidature

Amour et passion. Tels sont les mots d'ordre avancés par David Ginola vendredi matin pour justifier son envie de concourir à la présidence de la Fifa. Lors d'une conférence de presse tenue depuis l'Angleterre, son pays d'adoption, l'ancienne gloire du PSG ou de Newcastle a donc confirmé les informations publiées dans The Sun et annoncées par Infosport +.

«Je suis ici pour parler d'amour et pour partager une passion (...) Il est temps de tout recommencer dans le football (...) La confiance est ce dont nous avons besoin (...) C'est une campagne pour les gens, faite par les gens. Faîtes partie de l'équipe qui changera le football», a lancé David Ginola aux journalistes présents et aux soutiens dont il aura besoin.

Déjà soutenu par une compagnie de paris sportifs (Paddy Power), David Ginola aura surtout besoin du soutien de cinq fédérations nationales, comme l'exige le règlement de la Fifa afin de valider toute candidature (il n'a pour le moment que celui de la fédération bulgare). Celle-ci devra être déposée officiellement avant le 29 janvier. Quant à l'élection, elle aura lieu le 29 mai prochain.

Ginola devra prouver qu'il a eu un rôle actif dans le football ces 5 dernières années

Enfin un point de règlement particulier risque in-fine de poser problème à l'ancien joueur du PSG. Les textes de la Fifa (article 24) prévoient en effet que les candidats à la présidence doivent avoir joué un rôle actif dans l'administration du football, à l'échelon national ou international, pendant deux de ces cinq dernières années. Ce n'est pas du tout le cas de l'ex-Brestois qui peut seulement se targuer d'être consultant de la chaîne Canal+.

Pour toutes ces raisons, il est toutefois bien difficile d'imaginer David Ginola détrôner Joseph Blatter, le président de la toute puissante instance depuis'98 et candidat à un 5e mandat à 78 ans. L'ex-international français devra également faire face au prince Ali ben al-Hussein ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant