Présidence de l'UMP : Xavier Bertrand voit Sarkozy vainqueur mais ne se prononce pas

le
0
Présidence de l'UMP : Xavier Bertrand voit Sarkozy vainqueur mais ne se prononce pas
Présidence de l'UMP : Xavier Bertrand voit Sarkozy vainqueur mais ne se prononce pas

Invité de l'émission «Tous Politiques» France Inter - «Le Parisien - Aujourd'hui en France», ce dimanche, Xavier Bertrand a réaffirmé ses ambitions pour l'UMP et pour la France en expliquant notamment qu'il irait «au bout des primaires» en vue de l'élection présidentielle de 2017.

L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy a également déclaré que l'ancien président de la république deviendrait président de l'UMP d'ici peu. Un parti qu'il aimerait voir «renouveler» après avoir failli être tué par l'affaire Bygmalion. Enfin, Xavier Bertrand estime que Martine Aubry est désormais la «première opposante» à François Hollande et à un gouvernement, qui «attaque une fois de plus les familles». 

Sur la situation à l'UMP. Pour Xavier Bertrand, il n'existe aucun suspense quant au nom du futur président de l'UMP : Nicolas Sarkozy sera élu à «70 ou 80 %». Le député de l'Aisne n'a en revanche pas donné sa préférence. «Je reste sur ma faim. J'attends de connaître les propositions des trois candidats pour me prononcer», a-t-il dit, en demandant au futur président de «réinventer une nouvelle famille politique à droite». 

«Quand je vois l'ensemble des dépenses (NDLR : de la campagne présidentielle de 2012), j'attends surtout que la justice dise exactement quelle est la réalité de ses dépassements. Je voudrais savoir ce qui s'est passé dans cette campagne ! Qui est responsable (...) Car cette affaire Bygmalion a failli tuer l'UMP», a précisé Xavier Bertrand. 

Pour la suite et les primaires du parti en vue de l'élection présidentielle de 2017, il a une nouvelle fois affirmé son envie d'être candidat. «Rien n'est joué (...) J'irai jusqu'au primaires de l'UMP». 

La politique économique et familiale du gouvernement. Le député UMP de l'Aisne a estimé que la France avait besoin de «trois réformes : sur le coût du travail, le code du travail et le marché du travail». Xavier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant