Présidence de l'UMP : une plainte pour des cyber-attaques

le
0
Présidence de l'UMP : une plainte pour des cyber-attaques
Présidence de l'UMP : une plainte pour des cyber-attaques

Les 268 000 adhérents de l'UMP, à jour de cotisation au 30 juin dernier, élisent leur président aujourd'hui. Ils ont à départager trois candidats : Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et Hervé Mariton. Le vote, uniquement par internet, a commencé vendredi à 20 heures et doit s'achever ce samedi à 20 heures. Le résultat est attendu vers 20h30.

Un incident informatique est intervenu vendredi soir. L'UMP a fait état dans la soirée d'une «attaque extérieure» sur le site, qui a momentanément perturbé le scrutin : «Il s'agit de l'un des risques anticipés et les dispositions prévues ont été mises en oeuvre. Cela a pu, cependant, avoir pour effet de ralentir l'accès au site du vote», a souligné l'UMP dans un communiqué.

Chatel dénonce «plusieurs tentatives de piratage»

Luc Chatel, secrétaire général du mouvement, annonçait ce samedi matin, sur France Info, qu'une plainte avait été déposée après cet incident. Une enquête a été ouverte pour «accès frauduleux» et «entrave à un système de traitement automatisé de données». 

Selon Chatel, «il y a eu plusieurs tentatives de piratage qui sont manifestement organisées». «Ce n'est pas de l'amateurisme. C'est du lourd», insiste-t-il. «Cela nous a amené à déposer plainte cette nuit auprès du commissariat du XVe arrondissement, précise encore le secrétaire général de l'UMP. Et les services de police en charge des cyber-attaques enquêtent déjà». Ces cyber-attaques n'étaient pas accompagnées «de revendications particulières». «C'est un peu un jeu des hackers», déplore-t-il.

Par ailleurs, Luc Chatel confirme que Bruno Le Maire a reçu une mise en garde pour avoir adressé vendredi soir, à quelques minutes du début du scrutin, un message téléphonique à plusieurs milliers d'adhérents. 

Plus de «134 169 votants» enregistrés à 16 heures

La Haute Autorité de l'UMP, chargée du bon déroulement du scrutin, enregistrait plus de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant