Présidence de l'UMP : Sarkozy, élu dès le 1er tour, fait moins bien qu'espéré

le
2
Présidence de l'UMP : Sarkozy, élu dès le 1er tour, fait moins bien qu'espéré
Présidence de l'UMP : Sarkozy, élu dès le 1er tour, fait moins bien qu'espéré

Nicolas Sarkozy revient à la tête de l'UMP. Mais pas en maréchal. L'ancien président de la République a été élu dès le premier tour, ce samedi soir, à la tête de sa «famille politique» -comme il dit. Mais avec seulement 64,5% des voix. Un score décevant.

On est loin de ce qui lui était promis, avant qu'il ne redescende dans l'arène. Loin aussi des 85% qui l'avaient porté (déjà) à la tête du parti il y a dix ans. C'est que son challenger Bruno Le Maire a largement réussi son pari en rassemblant 29,18% des suffrages, loin devant Hervé Mariton (6,32%).

Sitôt sa victoire annoncée, l'ex-chef de l'Etat a remercié les adhérents de l'UMP, via Facebook. «Leur mobilisation, d'un niveau inégalé dans l'histoire de notre mouvement, est la meilleure réponse à deux années de querelles internes et de divisions», se félicite-t-il, en référence aux divisions qui ont empoisonné le parti après la guerre Copé-Fillon de l'automne 2012.

«La marque d'un nouveau départ»

Surtout, Sarkozy veut montrer qu'il n'attend pas pour «passer à l'action». «Dès lundi, je rencontrerai les principaux responsables de notre famille politique afin de créer les conditions du plus large rassemblement», affirme-t-il sur Facebook. Le vote de ce soir est, estime l'ancien chef de l'Etat, «la marque d'un nouveau départ pour notre famille politique».

Car si en 2004, Sarkozy avait hérité d'une machine de guerre qui l'avait mis en orbite, direction l'Elysée, il arrive cette fois à la tête d'un parti plombé. Par les affaires, par une dette abyssale, par la guerre des égos et les rivalités pour 2017. L'ancien président de la République ne s'y est pas trompé, lui qui veut «tout changer» à l'UMP. Même le nom. Exit aussi les courants, place à une organisation modifiée et à de nouvelles tête. Ses priorités ? «Trouver de nouvelles idées et de rassembler tout le monde.»

Remettre, surtout, le parti en ordre de marche pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6418959 le dimanche 30 nov 2014 à 11:30

    ceci n'intéresse que les adhérents, pas le reste du peuple qui se fout de ce personnage.

  • grinchu1 le dimanche 30 nov 2014 à 11:15

    surtout si l'on tient compte des abstentions...il n'arrive même pas à 50%...