Présidence de l'UMP : Le Maire défie encore son rival Sarkozy

le
1
Présidence de l'UMP : Le Maire défie encore son rival Sarkozy
Présidence de l'UMP : Le Maire défie encore son rival Sarkozy

Confiant, Bruno Le Maire ! Le député de l'Eure, en course pour la présidence de l'UMP que devrait, sauf surprise, remporter Nicolas Sarkozy, ne s'imagine pas perdre. Les primaires ? «C'est moi qui les organiserai puisque c'est moi qui serai élu président de l'UMP, a-t-il affirmé ce lundi matin sur France Inter. Et de dérouler son programme : ces primaires auront lieu en «octobre 2016, six mois avant l'élection présidentielle», et Le Maire se propose de discuter dès janvier prochain avec l'UDI pour aboutir à une candidature unique de la droite et du centre au printemps 2017. 

A six jours du scrutin interne, Le Maire poursuit, comme Nicolas Sarkozy et Hervé Mariton, son marathon pour la présidence du parti de droite. Avec un certain écho. Selon un sondage Harris Interactive pour La Chaine parlementaire, l'ancien ministre de l'Agriculture fait jeu égal avec Nicolas Sarkozy parmi les sympathisants de droite : ils reçoivent chacun 35% des souhaits. Mais les sympathisants de droite ne sont pas tous et exclusivement les adhérents qui votent. La grande majorité des sympathisants de droite et de l'UMP prédit la victoire de Nicolas Sarkozy samedi. 

«La guerre des chefs, vieux piège mortel de la droite»

Ce lundi matin sur France Inter, Bruno Le Maire avait déploré les sifflets dont Alain Juppé a fait l'objet samedi dans sa ville de Bordeaux. Ils «donnent un spectacle consternant de la droite. Consternant ! Nous sommes en train de retomber dans le vieux piège mortel de la droite qui est la guerre des chefs, avec le retour des clans, des divisions, des combats de personnes alors que nous devrions avoir un combat d'idées». Sifflets d'autant plus surprenants qu'ils ont surgi au moment où l'ancien Premier ministre plaidait pour une proposition que défend aussi Nicolas Sarkozy : «cette idée de grand rassemblement sans clivages de gauche ni de droite où l'UMP absorberait l'UDI et se reconstituerait en une espèce de grande formation ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5062559 le lundi 24 nov 2014 à 16:17

    Bravo le maire ! sarko à la retraite !