Présidence de l'UMP : le filloniste Eric Ciotti va soutenir Nicolas Sarkozy

le
0
Présidence de l'UMP : le filloniste Eric Ciotti va soutenir Nicolas Sarkozy
Présidence de l'UMP : le filloniste Eric Ciotti va soutenir Nicolas Sarkozy

Et de deux. Après Valérie Pécresse il y a deux semaines, c'est un autre très proche de François Fillon, le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti qui annonce son soutien à Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP dans une interview à paraître dimanche dans les colonnes de Nice Matin.

Considéré comme le bras droit de François Fillon, Eric Ciotti justifie son choix en estimant que Nicolas Sarkozy «est le meilleur et le plus expérimenté pour rassembler la famille UMP et préparer les futures primaires à droite». Le président du conseil général des Alpes-Maritimes assure par ailleurs qu'il est «tout à fait compatible» de soutenir Nicolas Sarkozy tout en restant proche de Fillon «qui n'est pas, lui, candidat à la présidence de l'UMP...»

En juin, le délégué général aux fédérations de l'UMP s'était pourtant démarqué par des prises de positions très incisives à l'égard de Nicolas Sarkozy qu'il soupçonnait de vouloir revenir sur le principe de primaires ouvertes pour l'élection présidentielle de 2017. Il avertissait alors: «L'auto-proclamation ne peut fonctionner en la matière. On a déjà vécu cela avec la présidence de l'UMP. Tous ceux qui porteraient atteinte aux primaires feraient courir un risque suicidaire à l'opposition et nous priveraient d'une victoire certaine».

En 2017, ce sera Fillon

Eric Ciotti proteste pourtant de sa fidélité à l'ancien président affirmant avoir «soutenu Nicolas Sarkozy dans tous ses combats, y compris en'95, derrière Édouard Balladur, ou même aux européennes de'99». «Je suis membre fondateur de l'association de ses amis» et "mon département est celui qui lui a apporté son meilleur résultat de France en 2007 et en 2012», souligne-t-il encore.

Pour 2017, en revanche, et la primaire de l'UMP qui se tiendra l'année précédente, son suffrage ira à François Fillon. «C'est lui qui a l'analyse la plus juste de la situation en proposant au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant