Présidence de l'UDI : Lagarde et Morin qualifiés, Jégo éliminé et furieux

le
1
Présidence de l'UDI : Lagarde et Morin qualifiés, Jégo éliminé et furieux
Présidence de l'UDI : Lagarde et Morin qualifiés, Jégo éliminé et furieux

Jean-Christophe Lagarde et Hervé Morin sont les deux candidats qualifiés pour le second tour de l'élection à la présidence de l'UDI (Union des démocrates et indépendants). Le premier, maire de Drancy (Seine-Saint-Denis), devance d'environ 700 voix l'ancien ministre de la Défense, avec 35,9 % contre 31,5 %. 

Yves Jégo, qui se présentait en tandem avec Chantal Jouanno, et qui avait assuré l'interim de Jean-Louis Borloo démissionnaire, recueille lui 21,5%, tandis que le maire de Neuilly Jean-Christophe Fromantin doit se contenter de 11,1%. L'UDI comptait 28 305 votants et plus de 16 600 d'entre eux ont participé au scrutin. Le second tour se déroulera du 29 octobre au 12 novembre. Les résultats seront connus le 13 novembre, avant un congrès du parti programmé le 15 novembre.

Hervé Morin souligne l'abstention

Le dépouillement de ce vote par correspondance a eu lieu jeudi après-midi en présence d'un huissier, qui avait précédemment passé les fichiers au peigne fin. La clôture du vote avait été repoussé d'une journée après des dysfonctionnements mis en avant notamment par Jean-Christophe Fromantin.

Dans une première réaction par communiqué, l'ancien ministre de la Défense Hervé Morin, a estimé que «le taux de participation et la qualité du débat démontrent la maturité de notre parti et notre capacité à organiser un débat démocratique respectueux des différences». «Cependant, près de 40% des militants n'ont pas participé à cette élection», regrette-il. «Je serai le garant de notre unité car c'est notre force et notre bien le plus précieux», promet-il, souhaitant «continuer l'oeuvre de ce rassemblement qui a été engagée par Jean-Louis Borloo».

En avril, Jean-Louis Borloo avait mis un terme à ses fonctions et mandats politique pour des raisons de santé.

Yves Jégo dénonce des«manoeuvres»

Arrivé troisième du premier tour du scrutin pour la présidence de l'UDI, Yves Jégo ne digère pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le jeudi 16 oct 2014 à 21:52

    Et que sait-il faire d'autre Monsieur JEGO pour être furieux? La démocratie ne lui convient plus ?