Près de la moitié de la population mondiale connectée à internet

le
0
    JOHANNESBURG, 22 novembre (Reuters) - Près de la moitié de 
la population mondiale sera connectée à internet d'ici à la fin 
2016 grâce au développement des réseaux de téléphonie mobile et 
à la baisse des prix, mais ce mouvement profite surtout aux pays 
développés, souligne mardi une agence des Nations unies. 
    L'union internationale des télécommunications (UIT) précise 
dans un rapport que si 80% des habitants des pays développés 
utilisent internet, ils ne sont que 40% dans les pays en voie de 
développement et moins de 15% dans les pays les plus pauvres. 
    Dans les pays les plus pauvres et les plus fragiles 
d'Afrique, ce taux tombe même en-dessous de 10%, seule une 
petite minorité urbaine, jeune, aisée, éduquée et plutôt 
masculine ayant accès aux moyens de communication. 
    Au niveau mondial, 47% de la population, soit environ 3,5 
milliards d'individus, sont désormais connectés, ce qui reste 
assez éloigné de l'objectif de 60% que les Nations unies se sont 
fixé pour 2020. 
    "En 2016, les gens ne se connectent plus, ils sont connectés 
(en permanence-NDLR). La diffusion des réseaux 3G et 4G a fourni 
internet à de plus en plus de monde", soulignent les auteurs du 
rapport. 
    Les pays les plus pauvres restent cependant à la traîne et 
le taux de pénétration d'internet dans ces pays est équivalent à 
celui des pays développés en 1998. 
    "Les pays les plus pauvres ont 20 ans de retard", résume 
l'UIT, dont le 14e colloque sur les indicateurs des 
télécommunications dans le monde (WTIS) se tient en ce moment à 
Gaborone, la capitale du Botswana. 
    L'agence de l'Onu explique notamment ce retard par le coût 
de l'extension des services de télécommunications aux zones 
rurales et aux utilisateurs isolés, ainsi que par le prix élevé 
des communications mobiles dans ces pays. 
     
 
 (Nqobile Dludla; Tangi Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant