Près de 800 nouvelles chambres étudiantes pour parer à l'urgence

le
2

Elles seront dispatchées dans cinq grandes villes françaises d’ici à 2016. Petite singularité du projet porté par le groupe Bouygues : la volonté d’allier bois et construction modulaire.

Près de 800 chambres étudiantes de 18 m2, constituées de modules individuels en bois afin de répondre au plus vite à la pénurie de logements universitaires, seront livrées pour les rentrées 2015 et 2016 dans cinq villes françaises, a annoncé mardi une filiale de Bouygues. Le géant du BTP a gagné les appels d’offre émanant de plusieurs Centres régionaux des oeuvres universitaires et scolaires (CROUS) pour 784 logements répartis entre Le Bourget-du-Lac (Savoie), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Nantes et Arras pour la rentrée 2015, et Nice pour la rentrée 2016, a-t-on appris lors d’une conférence de presse organisée sur le site du chantier d’Arras par Norpac, filiale nordiste du groupe.

La singularité du projet tient dans le choix d’allier bois et construction modulaire. Celle-ci consiste en la préfabrication des chambres, de leur mobilier et de leur plomberie dans une usine - en l’occurence celle de l’entreprise Ossabois à Noirétable (Loire) - avant leur assemblage par une grue sur chacun des chantiers. L’avantage du modulaire tient dans la rapidité du chantier, comme cela a été le cas à Arras. «C’est une opération flash par excellence: la première chambre a été posée fin janvier, avec une livraison du bâtiment mi-juillet pour que tout soit prêt pour la rentrée en septembre», a indiqué Nicolas Jean, responsable pour Norpac du chantier arrageois.

40.000 nouveaux logements étudiants d’ici à 2017.

La durée d’un chantier traditionnel en construction intégrale sur site est d’environ 13 voire 14 mois, selon M. Jean. Bouygues a par ailleurs opté pour le bois pour ses qualités «écologiques (il fixe le carbone), mécaniques (il est léger et résistant), thermiques et acoustiques (la propagation du son solidien est moins importante)», a fait valoir M. Jean. La filière française du bois de construction n’étant pas très développée - «nous le déplorons même si elle se développe de plus en plus dans la région», ont affirmé plusieurs représentants de Norpac -, les panneaux les plus techniques ont nécessité l’importation de bois autrichien et allemand, l’ossature provenant du Massif central et des Vosges.

En ce qui concerne la sécurité, M. Jean l’assure, «le bois a une meilleure tenue au feu que d’autres matériaux; l’acier par exemple ça casse, ça tombe» lors d’un incendie. En 2013, l’organisme central, le CNOUS, a lancé un plan national visant à la construction de 40.000 nouveaux logements étudiants d’ici à 2017.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c le mercredi 15 avr 2015 à 12:18

    "M. Jean l’assure, «le bois a une meilleure tenue au feu que d’autres matériaux;" C'est parfaitement connu que le bois n'est pas combustible (quand il est saturé de produits chimiques comme les produits bromés ou chlorés, excellents pour la santé, qui empêche sa combustion). Il faut arrêter de nous prendre pour des demeurés!!!

  • slivo le mercredi 15 avr 2015 à 11:11

    Soit . . .8 logements par département ! Monseigneur est trop bon.