Près de 700 soldats russes seraient entrés en Ukraine

le
0
Près de 700 soldats russes seraient entrés en Ukraine
Près de 700 soldats russes seraient entrés en Ukraine

Les autorités ukrainiennes ont affirmé lundi que deux groupes de soldats russes, représentant environ 700 hommes au total, étaient entrés en territoire ukrainien pour aider les rebelles prorusses de l'est du pays. «Ce matin, deux groupes des forces armées de la Fédération de Russie ont franchi la frontière» dans la partie sous contrôle rebelle, a assuré à l'AFP un porte-parole militaire ukrainien Andriï Lyssenko, en précisant que chacun de ces groupes comptait de «300 à 350 soldats».

Selon les dernières estimations de Kiev, plus de 8.500 soldats de l'armée russe se trouvaient dans l'Est séparatiste à la mi-janvier. La Russie a toujours démenti toute implication dans le conflit chez son voisin.

Cette annonce -non confirmée- intervient alors que les combats font rage dans l'est séparatiste de l'Ukraine depuis une dizaine de jours. Un hôpital a été touché lundi à la mi-journée par des tirs de roquettes dans le centre-ville de Donetsk,ont constaté des journalistes de l'AFP sur place. Ce bombardement a fait six blessés, un médecin et cinq patients, selon le ministère des Situations d'urgence de la «république» rebelle de Donetsk.

Une université touchée

Les vitres de l'hôpital ont été soufflées et l'impact des tirs était visible devant l'entrée de l'établissement, d'après les journalistes sur place. Ce bombardement, dans le quartier de Kalininski, a également touché une université située en face. «Des roquettes sont tombées sur la fenêtre. Par miracle, quinze minutes auparavant, les étudiants étaient sortis de la salle. Vous imaginez ce qu'il se serait passé s'ils avaient encore été à l'intérieur ?», a raconté Larissa Poliakova, une responsable du ministère séparatiste de l'Education présente dans l'université.

L'aéroport de Donetsk a été le théâtre de très violents affrontements depuis la fin de la journée de jeudi, quand les séparatistes ont lancé une offensive sur les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant