Près de 3 000 Américains voient leur dette étudiante rachetée

le
2
Près de 3 000 Américains voient leur dette étudiante rachetée
Près de 3 000 Américains voient leur dette étudiante rachetée

Aux Etats-Unis, après l'emprunt immobilier, la dette étudiante est la deuxième source d'endettement. En juin 2014, quelque 39,9 millions d'Américains étaient détenteurs d'un prêt étudiant selon le ministère de l'Education. Près de 3000 d'entre eux ont eu une très agréable surprise : ils ont vu leur créance rachetée par des anciens membres du collectif Occupy Wall Street, les «Strike Debt».

Ce groupe, composé d'économistes, a ainsi annoncé mercredi avoir remboursé l'équivalent de près de 4 millions de dollars (3,1 millions d'euros) de dette contractée par 2 761 personnes à travers les Etats-Unis auprès de l'université Everest College. 

Dette rachetée à bas prix

Les «Strike Debt» n'en sont pas à leur premier coup d'essai. En novembre 2013, ils avaient racheté l'équivalent de 13,5 millions de dollars (10,4 millions d'euros) de dettes médicales contractées par plusieurs centaines de personnes auprès d'hôpitaux ou de cabinets médicaux. Leur idée est simple : racheter à très bas prix des portefeuilles de dettes pour remettre à flot des personnes qui ont dû prendre des crédits pour se payer des soins ou des études.

«Nous tirons avantage d'un phénomène que peu de personnes connaissent : certains types de dette sont revendus par des créanciers pour quelques centimes par dollars», explique Astra Taylor, membre du collectif. «Ainsi une facture de 1 000 dollars (776 euros) pour un passage aux urgences ne peut valoir que 30 à 50 dollars (20 à 40 euros) sur le marché secondaire de la dette».

Plainte contre ce réseau universitaire

En l'occurrence, le collectif n'a déboursé que 100 000 dollars (77 000 euros), issus de dons, pour racheter l'équivalent de 3,856 millions de dollars (2,990 millions d'euros) de crédits étudiants auprès de l'université Everest College, qui est l'un des plus grands réseaux universitaires privés du pays, selon le collectif Strike Debt.

Par ailleurs, le bureau de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 le jeudi 18 sept 2014 à 16:30

    Bien sur que cela existe mais il faut savoir le faire. Un créancier désabusé, un acheteur bien ou mal intentionné (fonds vautours) et un acter de cession de créance. ensuite suivant l'intention du nouveau propriétaire de la créance les poursuites peuvent être abandonnées ou relancées.

  • charleco le jeudi 18 sept 2014 à 13:25

    Ils rachètent la dette mais que font-ils avec ça? Les étudiants cessent de payer ou continuent-ils? Ce sont les prêteurs qui sont lésés?