Près de 240 morts dans l'incendie d'une usine à Karachi

le
0
INCENDIE MEURTRIER DANS UNE USINE À KARACHI
INCENDIE MEURTRIER DANS UNE USINE À KARACHI

par Imtiaz Shah

KARACHI, Pakistan (Reuters) - Un incendie a ravagé dans la nuit de mardi à mercredi une usine textile à Karachi, la capitale économique et commerciale du Pakistan, faisant au moins 236 morts selon le tout dernier bilan communiqué mercredi par les autorités.

Le feu a pris pour des raisons encore indéterminées dans la nuit de mardi à mercredi. Le bilan s'est alourdi d'heure en heure, à mesure que les secours progressaient dans le bâtiment calciné.

Le chef de la police de Karachi a prévenu qu'il était encore susceptible de s'aggraver, l'ensemble du site n'ayant pas encore été fouillé. L'usine employait quelque 450 salariés.

Quelques heures plus tôt, un autre incendie avait fait au moins 25 morts dans une fabrique de chaussures de Lahore.

Ces deux incendies devraient relancer la polémique sur la sécurité des sites industriels au Pakistan et les critiques sur l'inaction des pouvoirs publics, accusés de corruption et d'incapacité à faire appliquer les normes en la matière.

A Karachi, un employé de l'usine sinistrée a affirmé que les propriétaires du site avaient semblé "plus préoccupés par le sauvetage des stocks de vêtements que par le sort des ouvriers".

"S'il n'y avait pas eu de grilles métalliques aux fenêtres, un grand nombre de personnes auraient été sauvées. L'usine croulait sous les stocks de vêtements et de tissus. Mais tous ceux qui s'en plaignaient étaient licenciés", a-t-il ajouté.

Le directeur de la police de Karachi, Amir Farooqi, a déclaré à l'agence Reuters que les propriétaires de l'usine étaient activement recherchés.

"En l'espace de deux minutes, toute l'usine était en flammes", a raconté un salarié hospitalisé pour des brûlures. "La porte était fermée, il n'y avait aucune issue, nous étions piégés à l'intérieur", a-t-il poursuivi.

A Lahore, le feu qui a dévasté une usine de chaussures pourrait avoir été provoqué par un générateur défectueux.

Avec Michael Georgy; Jean-Philippe Lefief et Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant