Près d'un millier de migrants arrivent en Italie

le
1

(Actualisé avec porte-parole de la garde-côtes, précisions) ROME, 31 décembre (Reuters) - Près d'un millier de migrants, en majorité des Syriens, sont arrivés mercredi matin dans le petit port de Gallipoli, dans le sud-est de l'Italie, à bord d'un cargo abandonné dans l'Adriatique par son équipage, a annoncé la Croix-Rouge italienne. Les autorités ont démenti dans l'après-midi l'information avancée par erreur par la Croix-Rouge faisant état de quatre morts parmi les 970 migrants. Aucun décès n'a été constaté, assure-t-on à Rome. L'équipage avait envoyé un signal de détresse mardi, signalant un possible incident à bord, au large de Corfou. Le cargo, parti apparemment de Turquie, a été abandonné par son équipage dans le canal d'Otrante, entre l'Albanie et l'Italie, a précisé une porte-parole de la Croix-Rouge, Mimma Antonagi. La marine et les garde-côtes grecs ainsi qu'un hélicoptère ont été envoyés sur les lieux et des responsables de la garde-côtes italienne sont ensuite montés à bord afin de vérifier que le navire était en mesure de poursuivre sa route sans aide. Un Moldave qui se trouvait à bord et qui serait l'un des "passeurs" a été arrêté par la police italienne. La guerre civile en Syrie et la situation chaotique qui règne en Libye ont entraîné cette année une forte augmentation du nombre de migrants cherchant à traverser la Méditerranée à bord d'embarcations de fortune, souvent à destination de l'Italie ou de la Grèce. Quelque 160.000 migrants sont arrivés par la mer en Italie en novembre et 40.000 en Grèce, selon le Haut Commissariat aux réfugiés de l'Onu. Des milliers d'autres ont péri en tentant la traversée. (Isla Binnie avec Vincenzo Damiani à Bari; Agathe Machecourt et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1310580 le mercredi 31 déc 2014 à 17:20

    technique rodée par les passeurs : abandonner prés des cotes le navire en le déclarant en détresse pour obliger à prendre en charge et hop le tour est joué !