Près d'un milliard d'euros pour les rebelles de Benghazi

le
0
Réunis jeudi à Abu Dhabi, les pays engagés en Libye ont promis d'accroître leur aide financière à l'insurrection.

Alors que l'Otan vient de réaffirmer sa volonté de poursuivre sa mission «aussi longtemps que nécessaire», le quasi-statu quo observé sur le terrain confirme que la solution en Libye ne saurait être uniquement militaire. D'où la détermination des pays engagés dans le conflit à renforcer tous azimuts les pressions diplomatiques, financières, judiciaires sur le régime de Tripoli. Une panoplie de mesures examinée jeudi par la vingtaine de ministres des Affaires étrangères du «groupe de contact» réunis à Abu Dhabi, sans oublier le nerf de la guerre, les moyens financiers qui font actuellement gravement défaut à la rébellion.

Les chefs de la diplomatie ont déclaré jeudi «opérationnel» le mécanisme d'aide qu'ils avaient créé lors de leur précédente réunion, le 5 mai à Rome. L'Italie a indiqué qu'elle allait fournir une aide directe de 300 à 400 millions d'euros aux rebelles libyens, sous forme de prêts et de carburant. Le Koweït a promis une ai

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant