Près d'un Français sur deux s'estime moins bien loti que ses parents

le
11
En termes de niveau de vie, environ quatre Français sur dix (39%) s'estiment financièrement déclassés par rapport à leurs parents. (monkeybusinessimages/Istock.com)
En termes de niveau de vie, environ quatre Français sur dix (39%) s'estiment financièrement déclassés par rapport à leurs parents. (monkeybusinessimages/Istock.com)

(AFP) - Pour eux, "c'était mieux avant" : près de la moitié des Français estiment que leur situation est moins bonne que celle de leurs parents, un sentiment en constante hausse depuis 2004, ressenti plus particulièrement par les chômeurs et les précaires, selon une étude de la Drees.

En 2014, 46% des Français considéraient que leur situation générale était moins bonne que celle de leurs parents au même âge, alors qu'en 2004 ils n'étaient que 36% à partager ce sentiment, indique lundi le service statistique des ministères sociaux dans un baromètre d'opinion réalisé depuis 2000 auprès d'un échantillon de 3.000 personnes âgées de 18 ans ou plus.

Un quart des personnes interrogées voyaient leur situation comme identique et seuls 29% la jugeaient meilleure, une proportion en forte baisse par rapport à 2004 où ils étaient 42% à partager cette opinion.

En termes de niveau de vie, environ quatre Français sur dix (39%) s'estimaient financièrement déclassés par rapport à leurs parents, 26% trouvaient leur niveau de vie égal et 35% l'estimaient meilleur.

Ce sentiment de déclassement par rapport aux générations précédentes varie notamment selon l'âge et la situation professionnelle des sondés, explique la Drees. Il est ainsi plus prononcé chez les chômeurs (67%) et moins chez les retraités et les étudiants (35% ex-æquo).

"Pour les personnes présentes sur le marché du travail, la précarité de l'emploi occupé semble favoriser le sentiment de déclassement intergénérationnel: les personnes employées à temps plein sont 48% à le ressentir, contre 55% pour les travailleurs à temps partiel et 61% pour les intermittents", note-t-elle.

Les plus âgés (60 ans ou plus) ont par ailleurs une bien meilleure opinion de leur situation, puisque seuls 36% d'entre eux jugent qu'elle s'est détériorée par rapport à celle de leurs parents. En revanche, plus de la moitié des personnes de 25 à 59 ans estiment que leur situation s'est dégradée.

En outre, ce sont les femmes (50% contre 44% des hommes) et les parents isolés (60% contre 45% de personnes en couple) qui s'estiment les plus déclassés par rapport à leurs parents.

Enfin, lorsqu'ils sont interrogés sur leur avenir, les Français qui ressentent un déclassement intergénérationnel sont les plus pessimistes. Ainsi, près d'un sur deux pense qu'il peut basculer dans la pauvreté dans les prochaines années, contre un quart de ceux qui jugent leur situation identique ou meilleure que celle de leurs parents.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cmoi42 il y a 5 mois

    J. barbe Je ne défends pas les baby boomers, mais essaie simplement de replacer les chose. Les boomers ont bénéficié de bonnes conditions, mais ils ont été aussi les premiers touché par le jeunisme (passé 45 ans on ne vaut plus rien) et la précarité qui frappe à notre porte. Maintenant les générations nées après 1975 ont les rênes en main et je ne voit pas les choses évoluer dans le bon sens. Aucune remise en cause de notre coûteux système représentatif, clientélisme à tous les étages etc etc.

  • kpm745 il y a 5 mois

    La photo des français de demain

  • j.barbe6 il y a 5 mois

    Cmoi le boomer 1942 défend sa génération.Non contente d'avoir juste profité d'un environnement exceptionnel (croissance, absence de chômage, prix immobilier faible, inflation élevé qui profite aux actifs), cette génération nous refait l'histoire.Il est vrai qu'elle est sureprésentée au Parlement (AN , Senat ) et prompte à défendre ses priviléges.Elle s'est votée le max d'avantages : préretraite, retraite à 60 ans... et a laissé à ses enfants des montagnes de dette et la précarité.

  • cmoi42 il y a 5 mois

    (Suite) les générations les plus agées ont construit leur environnement et leurs descendants en ont, jusqu'a présent, largement bénéficié. Maintenant il est vrai que nous sommes dans une période de pause nécessaire après une forte expansion pour stabiliser et remettre ne perspective notre évolution. Il ne s'agit pas de sacrifier telle ou telle génération mais que les plus jeunes reprennent le pouvoir pour corriger les excès.

  • cmoi42 il y a 5 mois

    Il faut comparer des choses comparables. Les retraités d'aujourd'hui sont, pour la plupart, partis de peu et ont vu leurs conditions de vie s'améliorer au fil des ans. Si on mettait en parallèle les conditions de vie matérielles d'une famille trentenaire parmi les moins favorisées avec celles de leurs parents on s'apercevrait que ce n'est pas si évident. Maintenant il faut savoir de quoi on parle , de sentiment ou de réalité, de situation présente ou de crainte de l'avenir.(suite apres)

  • ericlyon il y a 5 mois

    (suite) ... concerne pas non plus toutes les personnes de cette tranche d'âge.

  • ericlyon il y a 5 mois

    @M7313387 : les retraités d'aujourdh'ui ont entre 50 et 110 ans avec des retraites très très variables en fonction de l'âge bien sûr, et bien d'autres critères (public-privé, indépendant-salariés, ....) alors faire un amalgame sur les retraités d'aujourd'hui ça n'est pas très judicieux. Il y a une tranche d'âge de 20/30 ans qui a effectivement profité de meilleures retraites du fait du système par répartition et de la conjoncture mais c'est loin de concerner tous les retraités et ça ne ...

  • M7313387 il y a 5 mois

    Heureusement que les retraités d'aujourd'hui se sentent mieux que leurs parents! Parce que cette génération à tout pris. Même au prix du malheur de leurs enfants et petits enfants.c'est cette même génération qui poste des messages critiques vis à vis des jeunes. Ne changez pas de mains, tout va bien les post-soixante huitards

  • b.renie il y a 5 mois

    Près d'un Français sur deux s'estime moins bien loti que ses parents C'est vraisemblable puisqu'on a réduit le temps de travail de 7% depuis 1981, depuis que les syndicats peuvent interdire de travailler le dimanche. On a enlevé le droit de gagner sa vie valablement à ceux qui n'ont que leur tête et leurs bras pour le faire. Vivement qu'on nous rende la liberté de travailler comme on veut

  • laurus il y a 5 mois

    Faut dire que les 30 glorieuses sont loin maintenant. Perso, ce qui me chagrine c'est surtout d'avoir l'impression que mes enfants ne sont pas à l'abri. Nous laissons notre prospérité s'éroder depuis des décennies et il nous faut toujours donner plus à une population qui croît à une allure folle dans les pays du sud. Où cela peut-il bien nous mener à votre avis ?