Prenez l'air au Salon de l'agriculture

le
0
Prenez l'air au Salon de l'agriculture
Prenez l'air au Salon de l'agriculture

Imaginez un lieu, à deux pas du périphérique, qui fleure bon la campagne. Une ferme géante, en plein Paris, où il suffit de pousser la porte pour humer des odeurs de tourbe et de paille, entendre meugler des vaches et piailler des poussins. A partir de demain et pendant neuf jours, le parc des Expositions de la porte de Versailles (XVe) accueille la plus grande foire agricole de France. Des centaines de milliers de citadins vont se ruer à la découverte de cette ruralité si éloignée de leur quotidien bétonné.

Plus de 700 000 personnes avaient foulé en 2014 les allées du Salon qui accueillera pour cette nouvelle édition 4 000 animaux et 1 050 exposants venant de toutes les régions de France et de... 22 pays. Pourquoi cette vitrine du monde agricole suscite-t-elle un tel engouement alors que le métier de paysan, lui, se meurt ? «Dès la fin de la IIIe République, la France s'est construite autour de la figure du paysan qui faisait partie des piliers de notre identité nationale au même titre que les instituteurs, souligne le sociologue des mondes agricoles François Purseigle. Même si les agriculteurs constituent aujourd'hui une minorité de la population, les Français y demeurent très attachés. »

Ils le sont d'autant plus que la mondialisation gagne du terrain. Alors que les rayons de nos supermarchés débordent de produits importés, de plus en plus de consommateurs privilégient désormais le made in France. Or, les éleveurs, vignerons, arboriculteurs réunis au Salon, l'un des plus visités de France, sont les représentants de ce terroir qui fait la réputation de notre pays bien au-delà de ses frontières.

« On vient ici à la fois pour la convivialité, la qualité des produits, la garantie de leur origine et pour découvrir les hommes et les femmes qui contribuent à cette alimentation de qualité », estime François Purseigle. Preuve que le salon n'a pas pris une ride. Depuis 1870, le concours général agricole ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant