Premiership - Wasps : Kurtley Beale serait-il devenu sage ?

le
0
Premiership - Wasps : Kurtley Beale serait-il devenu sage ?
Premiership - Wasps : Kurtley Beale serait-il devenu sage ?

Recruté à prix d’or par les Wasps, l’arrière australien Kurtley Beale traîne derrière lui une réputation de mauvais garçon. Mais selon son nouvel entraîneur, Dai Young, le joueur aurait changé.

Kurtley Beale (27 ans) a mauvaise réputation. Depuis ses débuts, le joueur est souvent considéré comme talentueux, mais surtout ingérable. S’il a 60 sélections aujourd’hui avec les Wallabies et deux Coupes du Monde à son actif, Beale a longtemps fait parler de lui pour ses dérapages par le passé. Bagarres dans des pubs avant des test-matchs avec sa sélection en France ou à domicile ou encore problèmes d’alcool : le polyvalent arrière a plutôt fait la une des journaux dans la rubrique faits-divers du rugby. En 2014, il a eu également des différents avec sa propre Fédération, envoyant des messages « profondément offensants » envers l’un des membres du staff, quelques jours après avoir eu une altercation avec le manager commercial de la sélection pendant un vol.

Beale est un homme changé

Mais toutes ces errances ne seraient que du passé aujourd’hui. C’est en tout cas ce que veut croire son nouveau club, les Wasps, qui ont trouvé les arguments pour qu’il quitte les Waratahs, avec qui il a gagné le Super 15 en 2014, en lui proposant tout simplement un salaire annuel de 900 000 euros. Une somme qui fait de lui le joueur le mieux payé de Premiership, et le troisième au monde derrière Matt Giteau et Dan Carter. « Bien entendu, nous avons pensé à ce qu’il s’était passé dans le passé, a déclaré l’entraîneur des Wasps, Dai Young. Mais nous ne sommes pas tous les mêmes. Vous n’aurez jamais une équipe avec seulement des enfants de chœur. Kurtley, de son propre aveu, est passé par une mauvaise passe, qu’il regrette. Il sait que ce n’était pas très professionnel, mais il dit qu’il a complètement changé. » Après quelques semaines à l’observer à l’enraînement, Young veut le croire : « Je ne peux juger que sur ce que je vois et après deux semaines avec nous, il a été absolument irréprochable. Les gens en Australie, en qui j’ai confiance, m’ont dit qu’il était un homme changé et qu’il était beaucoup plus professionnel désormais. Je ne nous vois pas avoir un quelconque problème avec lui. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant