Premiers soins : les Français mauvais élèves

le
0
Les Français sous-estiment l'importance des gestes de premier secours lors d'un accident cardiaque. La «faute» à la compétence des services d'urgence (Samu, pompiers) sur lesquels ils ont tendance à trop se reposer.

Un homme, qui a pourtant l'air en bonne santé, s'écroule dans la rue sous vos yeux. Vous assistez à la scène en attendant les secours, impuissant, sans vous douter que vous êtes capable de lui sauver la vie.

Chaque année, en France, environ 50.000 personnes décèdent subitement d'un arrêt cardiaque: un bilan qui serait beaucoup moins lourd si les gestes de premier secours étaient mieux connus du public. En effet, l'intervention immédiate des témoins, même inexpérimentés, est déterminante, rappelle l'Académie de Médecine.

Pour porter secours à une personne victime d'un arrêt cardiaque, il y a quatre actions à mener en priorité: l'appel des secours, le massage cardiaque dans les premières minutes suivant le malaise, la défibrillation la plus précoce possible et enfin la réanimation médicalisée. Elles forment ce que les spécialistes appellent la «chaîne de survie». Les trois premières dépendent entièrement des personnes présentes au moment du malaise. D'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant