Premiers baisers de Russie

le
0
Premiers baisers de Russie
Premiers baisers de Russie

À un an de la Coupe du monde 2018, le monde du foot s'offre un avant-goût de Russie pour la Coupe des confédérations. L'occasion de sonder le terrain sécuritaire, alors que la menace représentée par les hooligans locaux n'a cessé d'être pointée du doigt par les médias étrangers. Le pouvoir russe, lui, hurle à la paranoïa occidentale. Mais qu'en est-il vraiment ?

Après Marseille, le déluge. Mi-juin 2016, des hooligans venus soutenir la Sbornaya sont impliqués dans des violences qui créent un chaos généralisé sur le Vieux-Port. En moins de 24 heures, l'ultra russe devient l'ennemi public numéro 1. Vladimir Poutine et le Kremlin sont accusés de faire preuve de négligence, voire de complaisance, vis-à-vis de ces fauteurs de troubles ultra nationalistes. Et l'inquiétude se diffuse à vitesse grand V quant à la capacité de la Russie à garantir la sécurité nécessaire à la bonne tenue du Mondial 2018. Pourtant, alors que les doutes subsistent à l'Ouest, le pouvoir russe est loin d'être resté inactif et s'attaque aux éléments les plus violents qui polluent son football national.

Surveillance accrue


Le Kremlin s'est d'abord décidé à mettre le paquet pour encadrer étroitement les individus à risques. La section E du ministère de l'Intérieur russe, habituellement dédiée à la surveillance des terroristes et du crime organisé, s'occupe désormais aussi du suivi des groupes de hooligans. Selon le New-York Times, qui a enquêté au sein de mouvements ultras moscovites, certains fans pensent même que leurs communications sont étroitement surveillées. Mi-avril, Vladimir Poutine veillait également à renforcer l'arsenal législatif pour combattre les supporters à comportement violent, doublant le montant des amendes pour ceux qui passeraient outre les interdictions de stade, la sanction pouvant être assortie d'une peine de détention allant jusqu'à quinze jours. La loi introduit aussi la possibilité d'interdire l'entrée en Russie aux hooligans étrangers, s'ils ont déjà violé les règles de manifestations sportives.

La Coupe des confédérations, qu'est-ce que c'est ?

Mais pour surveiller de près les fauteurs de troubles locaux, la mesure la plus iconique prise par le Kremlin reste le passeport de supporter ou Fan ID. "C'est

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant