Premières mesures d'assouplissement de l'embargo US sur Cuba

le
0

(Actualisé avec citations, précisions) par Anna Yukhananov et Krista Hughes WASHINGTON, 15 janvier (Reuters) - Les Etats-Unis ont annoncé jeudi les premières mesures concrètes d'assouplissement de l'embargo qui pèse sur Cuba depuis un demi-siècle, notamment en matière financière et de déplacement des personnes, un mois après l'annonce historique de la normalisation des relations entre les deux pays. Ces nouvelles règles, précisées par les départements américains du Commerce et du Trésor, entreront en vigueur vendredi. Elles autorisent les exportations des entreprises américaines vers Cuba dans les domaines des télécommunications, de l'agriculture et du matériel de construction, facilitent les voyages des Américains vers Cuba et autorisent en partie les relations bancaires. Les présidents américain Barack Obama et cubain Raul Castro ont annoncé le 17 décembre une normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays, rompues en janvier 1961, deux ans après la prise de pouvoir de Fidel Castro. Avec les mesures annoncées jeudi, les Américains pourront désormais se rendre à Cuba sans autorisation préalable, pour peu que leur projet s'inscrive dans une des 12 catégories autorisées, notamment les visites familiales, l'éducation et la religion. Le tourisme en général reste interdit, mais ceux qui pourront se rendre à Cuba seront autorisés à ramener une certaine quantité de cigares cubains. "AUBAINE" Quant aux échanges financiers des particuliers, les Américains pourront désormais envoyer 8.000 dollars par an (près de 7.000 euros) à Cuba, au lieu de 2.000 dollars auparavant. S'ils se rendent dans l'île, ils pourront emporter 10.000 dollars avec eux. Ils auront également le droit d'utiliser des cartes bancaires à Cuba. Les sociétés pourront plus facilement exporter des appareils et des logiciels de téléphonie mobile ainsi que des services internet. Les compagnies américaines pourront développer les liaisons aériennes avec Cuba. Cette libéralisation des échanges intervient après l'annonce lundi par les Etats-Unis que le gouvernement cubain a bien libéré 53 prisonniers politiques, comme prévu. ID:nL6N0UR4BK Le porte-parole de Barack Obama, Josh Earnest, a parlé d'"avancée positive" mais le sénateur républicain Marco Rubio, d'origine cubaine, a à nouveau critiqué la normalisation avec le régime communiste. "C'est une aubaine pour le régime Castro qui sera utilisée pour financer sa répression contre les Cubains, ainsi que ses activités contre les intérêts nationaux américains en Amérique latine et ailleurs", a déclaré le sénateur dans un communiqué. Si Barack Obama peut utiliser ses pouvoirs exécutifs pour améliorer le commerce avec Cuba, seul le Congrès peut lever l'embargo. Les républicains contrôlant le Sénat et la Chambre des représentants, il y a peu de chances que cela se produise dans un proche avenir. La secrétaire d'Etat adjointe Roberta Jacobson doit avoir des négociations à La Havane les 21 et 22 janvier dans le but de lancer le processus de normalisation. Les discussions porteront notamment sur la réouverture des ambassades dans les deux pays. (Krista Hughes et Anna Yukhananov; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant