Premières dispositions des tour-opérateurs après l'attentat à Istanbul

le
0

Le voyagiste allemand TUI propose l'annulation gratuite des voyages vers la ville turque. En France, le ministère des Affaires étrangères ne déconseille pas les déplacements en Turquie, «sous réserve d'une vigilance renforcée».

L'attentat de mardi à Istanbul visait le quartier historique de Sultanahmet, où se situent la basilique Sainte-Sophie et la Mosquée bleue, les deux monuments les plus visités de la plus grande ville de Turquie. Huit touristes allemands figurent parmi les personnes tuées par cet attentat suicide, et neuf autres ont été grièvement blessés, selon un bilan du ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, en début de soirée. Un peu plus tôt, il avait appelé les Allemands se trouvant à Istanbul «à éviter provisoirement les lieux de rassemblement, notamment sur la place publique et aux abords d'attractions touristiques».

Quelques heures après l'attaque terroriste, des premières mesures ont été prises par les acteurs du tourisme. Le voyagiste allemand TUI a indiqué dans un communiqué proposer à ses clients, qui avaient un voyage prévu à Istanbul jusqu'au 18 janvier, d'annuler ou de modifier leur voyage gratuitement, après l'attentat dans la ville turque, qui a tué neuf touristes allemands. Une porte-parole du voyagiste a toutefois précisé qu'il n'y avait aucun changement pour les voyages organisés dans le reste de la Turquie. TUI comptait mardi dix touristes allemands à Istanbul, qui n'ont pas été touchés par cet attentat, a-t-elle précisé.

La fédération des voyagistes allemands DRV conseille quant à elle aux touristes allemands se trouvant déjà à Istanbul ou ayant prévu de s'y rendre de prendre contact avec leur voyagiste et de suivre les conseils du ministère des Affaires étrangères.

La Turquie, 6e destination touristique mondiale

L'Allemagne est la principale pourvoyeuse de touristes à destination de la Turquie, avec 258.613 entrées dans le pays en novembre 2015, soit 15% du total. En 2014, un total de 36,8 millions de touristes avaient visité la Turquie, 6e destination mondiale.

En France, Laurent Fabius a immédiatement condamné «cette attaque odieuse», et demandé la mise en place de cellules de crise à Paris (joignable au 01 43 17 56 46) et à Istanbul. Le ministère des Affaires étrangères a par ailleurs remis à jour sa fiche de «conseils aux voyageurs» sur la Turquie, recommandant «fortement» d'éviter le secteur de Sultanahmet. «Les déplacements des ressortissants français en Turquie ne sont pas déconseillés par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international, sous réserve d'une vigilance renforcée et d'un strict respect des consignes de sécurité», indique cette fiche.

La Turquie est en proie à la violence depuis l'été dernier. Une série d'attentats jihadistes a visé la minorité kurde du pays, notamment à Ankara où 103 personnes ont été tuées et plus de 500 autres blessées en octobre dernier. C'est la première fois depuis des années que des touristes y sont directement visés. Le terrorisme a frappé de la même manière l'activité clé du tourisme en Tunisie et en Egypte il y a à peine quelques mois. Les touristes étrangers ont, depuis, déserté ces deux destinations.

(avec agences)

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant