Premières arnaques aux médicaments en vente sur internet

le
0
Premières arnaques aux médicaments en vente sur internet
Premières arnaques aux médicaments en vente sur internet

Il aura fallu attendre à peine moins d'un mois pour voir fleurir sur la Toile des pharmacies en ligne? illégales. Trois semaines après l'entrée en vigueur, le 12 juillet, de l'arrêté encadrant la vente de médicaments sur Internet, l'Ordre national des pharmaciens vient de déposer plainte contre 11 sites n'ayant pas obtenu la moindre autorisation pour exercer leur commerce. Un feu vert qu'ils n'auraient de toute façon jamais reçu, et pour cause. Pour le recevoir, la nouvelle réglementation stipule que toute pharmacie en ligne doit être adossée à une officine en dur. Or, selon l'Ordre, les sites suspects sont belges, voire russes. Surtout, impossible de savoir qui se cache derrière.

Certes, la présence sur le Web de fausses pharmacies n'est pas nouvelle. Des sites spécialisés dans la vente de certains remèdes ? la plupart du temps contrefaits ? existent depuis longtemps. Mais jusqu'ici, ils étaient tous étrangers, la France ayant jusque-là interdit la vente en ligne de tout produit à caractère médical. La nouveauté, c'est que les sites visés par la plainte de l'Ordre, qui a également alerté le ministère de la Santé, s'évertuent tous à faire croire à l'internaute qui n'y prêterait pas attention qu'il est sur un site français dûment autorisé. La langue, les couleurs utilisées, souvent tricolores, les logos, les noms de domaine choisis? Tout est mis en ?uvre pour abuser et tromper le consommateur?

La loi assouplie après l'intervention du Conseil d'Etat

Ces invasions étaient redoutées par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, dont le décret initial du 19 décembre ne faisait qu'entrouvrir la porte au commerce en ligne de médicaments. A l'époque, seuls 450 références devaient être autorisées sur Internet. Et les prix affichés devaient être identiques à ceux pratiqués en boutique par le créateur du site. C'était sans compter sur le Conseil d'Etat qui, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant